AccueilActualitéComment le marché du barbecue progresse en France

Comment le marché du barbecue progresse en France

Depuis cinq ans, le marché du barbecue en France est en progression. Les statistiques confirment un réel engouement des Français pour cet équipement. Valorisé en 2021 à 174 millions d'euros, le marché est encore loin d’être mature.
Comment le marché du barbecue progresse en France
© Pxhere / photo d'illustration - En France, le marché du barbecue progresse depuis cinq ans.

Actualité Publié le ,

Depuis cinq ans, le marché du barbecue en France est en progression. Les statistiques confirment un réel engouement des Français pour cet équipement. Pour soutenir ce mode de cuisson, de nouveaux modèles sont venus compléter des gammes plus traditionnelles, accessibles à toutes les bourses.

Les fabricants ne s’y trompent pas. Valorisé en 2021 à 174 millions d'euros, le marché est encore loin d’être mature, évoluant sans cesse pour suivre les dernières tendances du moment à la faveur d’événements dédiés lui octroyant presque ses lettres de noblesse.

Avec le retour de l’été, voici l’heure des barbecues en famille ou entre amis. Pays phare en la matière : l’Allemagne. En 2016, GfK - un acteur de la collecte et de l’analyse de données dans le secteur de l’équipement de la maison - se penchait sur le marché du barbecue et du gril chez notre voisin, où la pratique est élevée quasiment au rang de religion.

© Pxhere / Valorisé en 2021 à 174 millions d'euros, le marché est encore loin d’être mature en France

Marché du barbecue : la France encore loin derrière l'Allemagne

Les résultats montrent que le marché allemand est le leader en Europe. Et de loin. Au premier semestre 2016, un peu plus d’un million de barbecues et de grillades y ont été vendus (pour une population recensée la même année de 82,35 millions, NDLR). "En Allemagne, le barbecue est une institution avec des émissions dédiées à la pratique. Le consommateur a une vraie compétence, que nous mettrons des années à atteindre", relève Edouard Delalande, directeur commercial chez Camping Gaz à Saint-Genis-Laval.

Pour autant, en France, le marché progresse depuis cinq ans. En 2019, BVA menait un sondage pour le compte du fabricant de barbecue Weber. Il révélait déjà que trois-quarts des Français de 25 ans et plus possédaient un barbecue ou une plancha (76 %), majoritairement un barbecue à charbon (44 %). En 2021, ce marché était valorisé à 174 M€ avec 200 000 barbecues et 170 000 planchas gaz vendus cette même année, pour respectivement 66 M€ et 40 M€ de chiffre d’affaires généré.

© Pxhere / Les Allemands, authentiques champions du barbecue.

Le barbecue, une pratique qui fédère

Pour preuve de cet engouement, le premier salon du barbecue se déroulait au printemps dernier au Paris Event Center et proposait les dernières tendances du moment en termes d’équipements. Chez Weber on l’a compris depuis longtemps.

© Pxhere

La société, créée en 1952, a lancé, depuis, sa Grill Academy pour former les aficionados. Car loin de l’image d’Epinal du tonton Mimile préparant, lors du repas dominical, des saucisses trop cuites ou jamais assez, chaussettes relevées dans ses claquettes, la cuisine en extérieur, synonyme de partage et de convivialité, fait des adeptes et se complexifie, devenant une affaire de spécialistes.

Un championnat de France du barbecue

À Chalmazel, le Championnat du monde de la Loire du barbecue (!) se déroulera le 9 juillet. Mais le 2 et 3 juillet dernier, c’est beaucoup plus sérieusement que le Championnat de France de barbecue faisait étape à Bordeaux pour des qualifications. Lancé en 2013, il se veut une compétition d’art culinaire. Dix équipes concouraient dans les catégories bœuf, végétarien et dessert, départagées par un jury d’experts.

En Haute-Loire, « Les Ripailleurs » sont les champions de France 2021 de cet art de vivre. Cinq copains passionnés qui cuisinent en extérieur en toutes saisons et qui ont concouru pour l’ambiance bon enfant et le seul plaisir de la convivialité.

Le barbecue à gaz a révolutionné le marché

© Pxhere

"Le barbecue - quel qu’il soit - a cela d’universel qu’il s’adresse à toutes les catégories socio-professionnelles, relève Edouard Delalande. Le profil type de l’utilisateur restant un homme et plutôt d’un certain âge pour l’utilisation d’un barbecue à gaz, au regard de son prix plus élevé (360 € en moyenne)" (...) La suite de cet article est réservée à nos abonnés.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

Journal du 16 juillet 2022

Journal du16 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?