AccueilMusiqueCNSMD Lyon, 40 ans d'excellence pour la musique et la danse

CNSMD Lyon, 40 ans d'excellence pour la musique et la danse

CNSMD Lyon, 40 ans d'excellence pour la musique et la danse
©Blaise Adilon - La façade du CNSMD en bord de Saône

CultureMusique Publié le ,

Installé tout d'abord rue de l'Angile (à l'endroit où se trouve actuellement les locaux de la Maîtrise), il déménage en 1988 pour installer quai Chauveau le département musique, dans les locaux de l'ancienne école vétérinaire de Lyon, partie à Marcy-l'Étoile,dont l'État a récupéré le bâtiment,les cours et les jardins, tandis que la danse est installée rue Vaubecour, à l'emplacement de l'ancien studio de Lucien Mars (pionnier de la danse contemporaine à Lyon, et co-fondateur de la Maison de la danse, qui fête également ses 40 printemps cette saison). Au fil des années, il a complété ses offres d'enseignements, proposant aujourd'hui 3 cycles complets s'inscrivant dans le schéma européen Licence/Master/Doctorat.

Il y a assez peu d'élus mais beaucoup d'aspirants, 1262 ont présenté le concours et seuls 145 ont été admis. Néanmoins ceux qui réussissent bénéficient d'une formation de haute qualité, avec un très nombreux choix de disciplines, réparties en 11 départements, dispensées par 188 enseignants permanents et 175 intervenants extérieurs. Certains deviennent de très grands artistes, tout en restant professeurs au CNSMDL, comme Jean Gouffroy, ou s'émancipent avant même la fin du cursus (même si ceux ci sont de plus en plus rares). L'excellence du cursus se voit également dans la diversité, dont le CNSMD s'enorgueillit, s'intéressant autant à la musique ancienne qu'à la création actuelle, aussi bien dans l'enseignement que dans le programme public qu'il propose, avec plus de 430 rendez-vous cette saison, dont plus de la moitié hors les murs.

Brahms, chemins nouveaux

Projet transdisciplinaire porté par le département claviers, ce festival propose une immersion (presque) totale dans l'univers de ce monstre de la musique savante. Il s'agira de guider le public curieux vers les œuvres du compositeur allemand, qui peut intimider le néophyte tant les facettes de son art sont nombreuses. Entre sa fascination pour les musiques traditionnelles austro-hongroises et son art du contrepoint, Brahms a enchanté et dérouté, autant ses contemporains que ses successeurs, dont certains lui ont voué une passion dévorante, comme Schönberg, qui fait d'ailleurs partie de l'affiche du festival, notamment dans les programmes Brahms, et après ?... et La nuit transfigurée. 13 novembre au 9 décembre, www.cnsmd-lyon.fr

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?