AccueilEconomieHomme ou femme de la semaineClémence Durieux a soif de croissance

Clémence Durieux a soif de croissance

Trois ans après le lancement de son projet entrepreneurial, Clémence Durieux passe à la vitesse supérieure, avec une levée de fonds qui dopera la croissance de « Le Bon Gustave », la start-up capable de dénicher n'importe quel vin.
Clémence Durieux a soif de croissance
Photo DR - Clémence Durieux, Créatrice de la société Le Bon Gustave

EconomieHomme ou femme de la semaine Publié le ,

A la fin du mois de juin, Clémence Durieux bouclera une levée de fonds stratégique pour assurer l'avenir de sa jeune société. Véritable détective privé vinicole, « Le Bon Gustave » est capable de retrouver n'importe quel nectar, y compris le plus rare, où qu'il se trouve sur la planète, à partir de son étiquette. Le concept a déjà séduit des amateurs de vin dans tout l'Hexagone. Mais pour aller au bout de ses ambitions, cette ancienne étudiante d'emlyon doit maintenant accélérer son développement. « Et pour cela, nous avons besoin d'investir », explique-t-elle.

Lancée au mois de janvier, cette levée de fonds doit lui permettre de mobiliser 400 K€, qu'elle entend utiliser pour « industrialiser » le service qu'elle propose et pour communiquer à plus grande échelle. « Nous devons consacrer nos ressources humaines au conseil et tout simplement à des tâches à valeur ajoutée », estime-t-elle. Avant d'ajouter : « Notre notoriété est en forte augmentation et nous enregistrons environ 150 demandes mensuelles. Mais nous pouvons et nous devons aller plus loin. » A terme de 3 ans, cette parisienne de naissance souhaite franchir le cap du million de Chiffre d'affaires, avant de partir à la conquête des marchés étrangers.

Pour l'accompagner dans cette aventure, Clémence Durieux, qui peut déjà compter sur trois investisseurs historiques, souhaite réunir 8 personnes dans son nouveau tour de table. « Je veux un board d'investisseurs actifs, qui amènent des capitaux, bien entendu, mais qui réfléchissent également avec nous au développement de l'entreprise », insiste-t-elle. Car « Le Bon Gustave », installé depuis l'automne dernier dans l'espace de travail collaboratif Nextdoor, à la Part-Dieu, entend bien se dessiner un avenir enivrant.

Jacques Donnay

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 janvier 2022

Journal du22 janvier 2022

Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?