AccueilEconomieServicesClaire Fromentin, résonance humanitaire

Claire Fromentin, résonance humanitaire

Elle aurait pu devenir journaliste, comme son père – Bernard Fromentin fut longtemps le correspondant de Libération à Lyon et du Journal du Dimanche –, diplomate ou oeuvrer au destin du monde depuis un bureau feutré.

EconomieServices Publié le ,

Mais Claire Fromentin n’est pas de celles qui s’enferment dans des schémas établis. Si elle se passionne pour les relations internationales, la gestion des conflits et les théories qui s’y rapportent – elle est diplômée des Instituts d’Etudes Politiques de Lyon et de Paris et de l’Université de Georgetown aux Etats-Unis –, elle éprouve le besoin de les confronter au terrain et d’agir concrètement. « C’était l’époque de l’intervention américaine en Somalie, de Roni Brauman, de Jean-Christophe Rufin et du développement de la réflexion sur l’engagement humanitaire », indique-t-elle.
C’est d’ailleurs au cours d’une opération caritative qu’elle rencontre son premier employeur, l’association Equilibre, qui l’engage comme chef de projet junior pour la Croatie et la Géorgie. Crochet d’une année au Congo, puis retour en Bosnie pour Action contre la Faim et Médecins du Monde, où elle termine en tant que directrice du programme pour le pays. Son expertise approfondie de la région, du terrain comme des acteurs du conflit, et sa maîtrise de la langue serbo-croate lui permettent ensuite de rejoindre, pendant sept ans, la délégation bosniaque de la Commission européenne. Mais l’experte s’essouffle. « Comme en diplomatie, quand on traite constamment de sujets lourds, l’enthousiasme initial finit par s’émousser. C’est à ce moment-là qu’il faut s’arrêter ».
Claire Fromentin retrouve Lyon, « à laquelle je suis attachée, mais aussi pour la famille et sa proximité avec la Bosnie-Herzégovine ». La réintégration n’est pas facile. Le décalage est important « et la valorisation de l’expérience à l’étranger pas évidente ». Pour engager la réorientation de sa carrière, elle s’appuie sur le Réseau Résonance Humanitaire, une association d’aide à la réinsertion professionnelle des expatriés de l’humanitaire, créant, à l’occasion, le bureau de Lyon. Son premier retour vers le monde de l’entreprise, sans perdre de vue ses engagements caritatifs, se fait au sein de la Fondation Scientifique de Lyon et le projet Biovision. Spécialiste de la gestion de projets, tisseuse infatigable de liens, sa forte culture du milieu associatif lui permet désormais de porter haut les projets de la Fondation April, qui mène « une véritable réflexion sur la santé équitable, avec du fond », souligne- t-elle. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5077 du samedi 30 novembre 2013

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?