AccueilActualitéSociétéCinéma - Victime de la mode

Cinéma - Victime de la mode

Allen Stewart Königsberg aura 78 ans le 1er décembre prochain, le temps a passé depuis Manhattan, mais il nous cueille toujours et encore.

ActualitéSociété Publié le ,

Il nous embarque dans son cinéma avec le même sentiment de légèreté, de complexité, d’humour et de gravité mélangés.

Woody Allen revient sur son continent après un périple en Europe de trois capitales chères à son coeur : Londres (Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu), Paris (Minuit à Paris), et Rome (To Rome with Love). Il délaisse le New-York de son enfance pour la côte Ouest, et, singulièrement San Francisco, la plus européenne des cités du Pacifique. Quand un artiste s’inscrit dans la durée (Blue Jasmine est le 41è film de Woddy Allen !) il arrive qu’il y ait des hauts et des bas. Le dernier est dans le haut du tableau. Le fidèle Alec Baldwin est plus qu’impeccable, et Cate Blanchett mérite l’Oscar 2014 pour le rôle de Jasmine/Janet. Elle croyait vivre un conte de fées tout éveillée et c’est une descente aux enfers qui l’attend. Janet est une sorte de Madame Bovary à l’envers, tellement fascinée par la vie bourgeoise qu’elle ferme les yeux sur les turpitudes d’un mari volage, escroc, qui finira en prison (on ne plaisante pas avec le fisc !). Avec sa sœur Ginger, qui n’est pas sa sœur de sang, elles forment les deux faces d’une même pièce, pile : l’Amérique des riches, et face : celle du peuple. La grande bourgeoise naïve qui n’avait pas les armes pour résister dans son monde, soignera sa dépression à coups de xanax et de vodka ! Forcément, elle déraille un peu (« à force d’encaisser les traumatismes »), et sa caissière de sœur s’en sort plutôt mieux, armée du bon sens du populo. Depuis Annie Hall (Diane Keaton) Woody Allen a fait de beaux films, mais l’exercice du portrait de femme qu’il affectionne, avait rarement été aussi loin, avec une grande actrice qui occupe 80% des images du film. Et pourtant, de Mia Farrow à Scarlett Johanson en passant par Gena Rowlands, il a fait tourner les plus grandes actrices depuis deux générations au moins. Cette Janet-là marquera les esprits, et la carrière de Cate Blanchett.

Eric Séveyrat

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

Journal du 03 septembre 2022

Journal du03 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?