AccueilActualitéSociétéCinéma - Les Infidèles, de et avec Jean Dujardin, Gilles Lellouche…

Cinéma - Les Infidèles, de et avec Jean Dujardin, Gilles Lellouche…

On hésite à qualifier Les Infidèles de comédie beauf ou de comédie petite bourgeoise.

ActualitéSociété Publié le ,

Le cas des Infidèles est d’autant plus terrible que Dujardin, qui s’improvise auteur-réalisateur, et Lellouche sont intelligents et talentueux acteurs, comme quoi il faut rester à sa place : celle d’acteur ! Ils jouent tellement bien les « couillons » dans des situations bourrées de clichés qu’on se pose des questions…
Pourquoi ce film ? Les mots décevant, affligeant, conventionnel, viennent à l’esprit devant cette comédie peu drôle, qui oscille entre les styles mauvais boulevard et comédie graveleuse de série Z, à côté de laquelle Michaël Youn passerait pour un cinéaste expérimental d’avant-garde !
C’est ce qu’on appelle un navet ! Malgré tout, le sketch d’Hazanavicius surnage dans ce naufrage. Le réalisateur de Oss 117 (et du très sur évalué The Artist !) a plus de sensibilité et d’intelligence. Dans ce sketch, il met en scène un commercial en séminaire dans une banlieue triste de Saint-Etienne et fait mouche, dans le sourire et la justesse de ton, avec une réplique culte de Dujardin à Isabelle Nanty : « Est-ce que je peux rentrer 5 minutes dans ta chatte, euh ! J’veux dire dans ta chambre ? » Hazanavicius a, en plus, le talent de faire tourner sera vaguement intéressé, sans plus, dans le sketch familial de Dujardin et Alexandra Lamy (épouse à la ville) qui rejouent Un gars-une fille, dix ans plus tard !
Ah si ! Une pépite : Manu Payet dans le sketch des Infidèles anonymes, complètement trash et décalé, cerise sur un gâteau indigeste. On attendait un revival de la comédie à sketches italienne, on a un délire de copains qui dure à peine le temps d’une soirée bien arrosée entre potes, mais cela ne vaut certainement le prix d’entrée d’une place de cinéma. Est-ce que cela tient au sujet, l’infidélité serait-elle une simple question de « sur désir », un sport bourgeois lié aux valeurs morales d’une classe, est-ce un sujet ? Vaste question.

Eric Séveyrat

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 juillet 2022

Journal du02 juillet 2022

Journal du 25 juin 2022

Journal du25 juin 2022

Journal du 18 juin 2022

Journal du18 juin 2022

Journal du 11 juin 2022

Journal du11 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?