AccueilActualitéSociétéCinéma - Folle à lier

Cinéma - Folle à lier

Peu à peu, Valéria Bruni-Tedeschi bâtit son oeuvre que l’on croirait, à tort, axée autour du thème de la pauvre petite fille riche.

ActualitéSociété Publié le ,

En déballant ses histoires de famille, c’est beaucoup plus que cela qu’elle remue dans Un Château en Italie, avec une frénésie toute italienne.

Louise est folle. Folle à lier, la femme de 43 ans (« bientôt 44 ») jouée par Valéria Bruni-Tedeschi est en constante surchauffe, prête à exploser à tout moment. Elle explose d’ailleurs parfois. Vrai ou pas vrai, largement inspirée par sa propre vie, la soeur de Carla Bruni-Sarkozy (dont le personnage ne figure pas dans le film) réussit à nous bluffer, avec un film trépidant et plein de vie, un peu border line, entre humour noir, douleur et tragi-comédie à l’italienne. A fond dans la vie du début à la fin, en quatre saisons que dure le film, Louise lutte pour avoir un enfant pendant que son frère meurt lentement du sida. Elle file à Naples s’asseoir dans un siège miraculeux qui donne la fécondité (les soeurs catholiques la refuse parce qu’elle n’est pas mariée... scène comique). Elle pratique une fécondation in vitro mais se retrouve victime d’une erreur de sperme à l’hôpital (re-scène comique !). Parallèlement, le domaine familial (le fameux château en Italie) est sur le point d’être vendu, la famille, qui avait caché de l’argent en Suisse, est découverte par les services fiscaux (« Je pensais que ça allait s’arranger ! », dit la mère, naïve) elle est percluse de dette, on vend les tableaux, mais cela ne suffit pas ! En jouant la vraie mère dans le film, Marisa Borini a revécu la mort de son propre fils (décédé en 2006), frère de Valéria et de Carla, et la déchéance de leur empire industriel turinois. Tout se mélange, réalité et fiction, dans ce film qui contient un concentré d’Italie, dans son génie et son énergie, mais aussi dans sa catholicité exacerbée. Le personnage de Valéria Bruni-Tedeschi, Louise, n’est pas « folle de la messe », mais elle a une relation très « donnantdonnant » avec la religion. Tout à coup, elle entre dans une église, comme une voleuse, et s’asperge le bas-ventre d’eau bénite par-dessous ses vêtements…Elle vit une histoire d’amour avec un homme plus jeune, qu’elle va rencontrer par hasard en sortant d’une retraite dans un monastère, l’histoire d’amour semble impossible…comme ce film semble impossible et pourtant, il existe !

Eric Séveyrat


Un Château en Italie, de Valéria Bruni-Tedeschi, avec Valéria Bruni-Tedeschi, Marisa Borini.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 octobre 2022

Journal du01 octobre 2022

Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?