AccueilActualitéSociétéCinéma - Festival Lumière : Belmondo et Tarantino sur le plateau

Cinéma - Festival Lumière : Belmondo et Tarantino sur le plateau

Jean-Paul Belmondo en ouverture et Quentin Tarantino pour le prix Lumière 2013 préfigurent d’ores et déjà un grand crû pour le festival organisé par l’Institut Lumière et le Grand Lyon.

ActualitéSociété Publié le ,

Une centaine de films programmés, 265 séances dans la plupart des salles lyonnaises, 100 000 spectateurs attendus pendant six jours et un soir… le festival Lumière constituera, une nouvelle fois, une vraie fête du cinéma classique avec des copies restaurées, des hommages aux plus grands cinéastes, la présence d’auteurs contemporains, des artistes et l’occasion de célébrer les trente ans de l’Institut Lumière. Son directeur, Thierry Frémaux, veut ainsi « faire partager la passion d’un patrimoine qui entre de plain-pied dans l’ère technologique et favoriser la curiosité et l’étonnement ». Une façon de rappeler aux générations du numérique que la pellicule et le 35 mm ont réalisé des chefs-d’oeuvre. Comme par exemple Un singe en hiver, d’Henri Verneuil, et dont la nouvelle copie restaurée sera projetée en avant-première mondiale à la Halle Tony Garnier lors de la cérémonie d’ouverture. Jean-Paul Belmondo, qui partage l’affiche du film avec Jean Gabin, présentera ce grand succès de 1962. Bébel, le modeste charmeur de 80 ans, n’a rien perdu de son aura puisque la séance est déjà complète depuis longtemps. Mais les nostalgiques frustrés du Magnifique pourront quand même revoir Pierrot le fou, Itinéraire d’un enfant gâté ou Les tribulations d’un Chinois en Chine dans les salles de cinéma au cours de la semaine.

Noir et blanc ou muet

Cinéaste des années cinquante, Henri Verneuil sera célébré au travers de ses films comme Le fruit défendu ou Cent mille dollars au soleil. Cette rétrospective en noir et blanc accompagnera, par ailleurs, quatorze films de Bergman, un hommage à Hal Ashby et à des femmes cinéastes, notamment Christine Pascal, mais aussi au cinéaste japonais Hayao Miyazaki, dont le dernier film Le vent se lève il faut tenter de vivre sera projeté en avant-première lors du festival. La vedette du cinéma d’animation serait d’ailleurs peutêtre tentée de venir à Lyon pour le voir… Pour la première fois sur les écrans lyonnais, sera diffusée une copie du film restauré Le chanteur de jazz, premier film parlant de l’histoire du cinéma, en 1927, mais aussi Dans la nuit, dernier film français muet, de Charles Vanel, tourné à Jujurieux dans l’Ain et resté dans l’ombre. Une séquence Chaplin avec un court métrage de Charlot, des hommages à Jean-Pierre Marielle, Pierre Richard ou Eric Rohmer sont à l’affiche de la programmation d’un festival prisé par de nombreuses vedettes, pour ne citer que le chanteur et cinéphile Christophe, les acteurs Daniel Auteuil, Richard Berry, Patrick Timsit, Christian Clavier, Béatrice Dalle, Nadine Labaki ou encore le musicien Jean-Michel Jarre. Un marché du film classique accueillera, d’autre part, des professionnels du cinéma du monde entier qui débattront et échangeront sur le patrimoine et l’avenir du septième art. Enfin, le prix Lumière 2013 sera décerné à Quentin Tarantino, qui n’hésitera pas à faire le déplacement de Los Angeles jusqu’à Lyon pour cette occasion, double grande première dans sa carrière puisqu’il s’agira là du premier hommage qu’il accepte et de son premier passage dans la ville des frères Lumière. Une nuit Tarantino lui sera consacrée, avec la diffusion de Reservoir dogs, Boulevard de la mort, et en clôture du festival, Pulp fiction se murmure en coulisses.


Agnès Giraud-Passot

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?