AccueilSociétéCinéma - Deep End et c’est tout !

Cinéma - Deep End et c’est tout !

La sortie « mastodonte » de la semaine est bien la reprise de Deep End (1) de Jerzy Skolimowski dont Jean-Luc Godard dit : « Qu’il est le plus grand cinéaste du monde avec lui-même ».

ActualitéSociété Publié le ,

On est d’accord sur ce point avec Godard.

A côté de Deep End, Harry Potter(2), la fin de la série (enfin), c’est de la roupie de sansonnet, du pipi de chat, de la gnognotte… Le film de Skolimowski, sorti pour la première fois au cinéma en décembre 1971, ressort parfois dans les salles pendant l’estive cinématographique de juillet/août. Le cinéma de Skolimowski mêle sensibilité, sensualité, réalisme, et flirte avec le thriller fantastique. Une histoire d’amour dans une piscine municipale filmée avec l’esthétisme d’un Visconti. L’intrigue : Mike vient de sortir du collège et trouve un emploi dans un établissement de bains londonien. Susan, son homologue féminin, arrondit ses fins de mois en proposant ses charmes à la clientèle masculine. Amoureux jaloux de la jeune femme, Mike devient encombrant. Skolimowski, c’est aussi Travail au noir, porté par Jeremy Irons, chef d’oeuvre qui peut servir par tous les temps, surtout par gros temps de repli national, pour comprendre de l’intérieur toutes les migrations du monde. Sorti en 1983, le fi lm fut le principal succès commercial de son auteur (présenté à Cannes en 1982). Par bonheur, Travail au noir ressort aussi ce 13 juillet, hélas dans une salle parisienne. Il reste le DVD…
Sortent aussi cette semaine : La Traque d’Antoine Blossier, qui passe pour être une réussite du genre film d’horreur à la française ; mais aussi, Mythos (on peut passer son chemin) ; Le Moine, de Dominik Moll avec Vincent Cassel ; 3 fois 20 ans, comédie de Julie Gavras, avec William Hurt, Isabella Rosselini ; A propos d’Elly, d’Asghar Farhadi, les films de l’auteur iranien de Une Séparation, Ours d’or de Berlin 2011, ressortent grâce au succès en salle depuis quelques semaines ; et enfin, I’m Still Here - The Lost Year of Joaquin Phoenix, de Casey Affleck, sur la triste fin d’un acteur hollywoodien.

Eric Séveyrat


(1) Deep End est visible dans un seul cinéma de Rhône-Alpes (8 en France), au Comoedia de Lyon (13, av. Berthelot, Lyon 7e) ou en DVD. Travail au noir n’est pas visible en salle en Rhône-Alpes (DVD). Harry Potter est visible dans… 754 salles en France.

(2) Non événement cinématographique, Harry Potter et les reliques de la mort sort cette semaine. C’est le 7e opus filmé de la série et le dernier selon la Warner Bros. Dans la 2e partie de cet épisode final, le combat entre les puissances du bien et du mal de l’univers des sorciers se transforme en guerre sans merci, chouette alors !

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?