AccueilSociétéCinéma - Cogan ne sait pas sur quel pied danser !

Cinéma - Cogan ne sait pas sur quel pied danser !

Thriller noir, nerveux et dur, ou film de société ? Cogan, dernier produit de l’association entre l’acteur Brad Pitt et le réalisateur Andrew Dominik, ne choisit pas vraiment sous quels auspices se placer. Le film commence par des vues de la Nouvelle-Orléans, déserte et délabrée, c’est à dire post-ouragan Katerina et post-crise économique, le tout rythmé par des extraits de discours de campagne des candidats à la présidence des Etats-Unis, John McCain et Barack Obama.

ActualitéSociété Publié le ,

Thriller noir, nerveux et dur, ou film de société ? Cogan, dernier produit de l’association entre l’acteur Brad Pitt et le réalisateur Andrew Dominik, ne choisit pas vraiment sous quels auspices se placer.

Le film commence par des vues de la Nouvelle-Orléans, déserte et délabrée, c’est à dire post-ouragan Katerina et post-crise économique, le tout rythmé par des extraits de discours de campagne des candidats à la présidence des Etats-Unis, John McCain et Barack Obama. Quelques loosers, pour quelques dollars, entreprennent de braquer un mauvais tripot, peuplé de sales types. Le braquage est pathétique, l’ambiance poisseuse. Les parrains doivent-ils faire payer l’incapable et récidiviste gérant du tripot ou les auteurs du casse ? Le meurtre commandité comprend-t-il un forfait « passage à tabac » ? A quel prix ? Et les tueurs à gages voyagent-ils en classe économique ? Voilà les turpitudes des protagonistes principaux, au milieu desquels rayonne Brad Pitt, tueur classieux et cynique, au sommet de sa forme dans ce rôle de sale type qui l’éloigne de ses habituelles prestations de sauveur du monde libre. Bien épaulé par des seconds rôles qui crèvent l’écran – l’obèse tueur Mickey, interprété par James Gandolfini, tout à fait bluffant dans une scène où il fait la conversation à un verre de bourbon –, Brad Pitt excelle dans ce film où le réalisateur montre la violence de manière crue plus qu’il ne la suggère.
A l’arrivée, le spectateur reste perplexe et doute du film qu’il vient de voir. Etait-ce un divertissement ou un brûlot ? Le réalisateur, seul, le sait.

Maxime Fléaux

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?