AccueilCollectivitésChristophe Ferrari, le nouveau visage de Grenoble-Alpes-Métropole

Christophe Ferrari, le nouveau visage de Grenoble-Alpes-Métropole

En sa qualité de doyen, c’est le maire d’Herbeys, Jean-Noël Causse, qui a présidé cette séance de la plus haute importance.

Collectivités Publié le ,

Il aura fallu six heures pour élire le nouveau président de l’agglomération grenobloise. Il aura aussi fallu deux tours, puisque le nouveau président devait être élu à la majorité absolue. Deux tours qui ont été très longs, puisque chacun des 124 conseillers communautaires devait se déplacer dans l’isoloir. A raison d’une heure par vote, quinze minutes par dépouillement, ajoutez les débats, les tractations, les suspensions de séance et les discours, le compte y est !
Au premier tour, quatre élus se portaient candidats : Jean-Damien Mermillod- Blondin, maire divers droite de Corenc, président du groupe « Pour une autre agglomération ». Il a dit prôner une équipe pluraliste, et refuser le « bloc de gauche ». Mireille d’Ornano, élue FN d’opposition à Grenoble, qui a surtout insisté sur la diminution des indemnités du président et des vice-présidents. Jacques Nivon, président du groupe ADIS (Agir pour un développement intercommunal solidaire), qui a souhaité rassembler et fédérer dans la diversité. Et Christophe Ferrari, qui a dit présenter une candidature pour la large majorité de gauche, où le collectif pourrait s’exprimer dans sa diversité ».
A l’issue de ce premier tour, et alors que le groupe communiste avait annoncé voter pour le candidat des « petites communes » J.Nivon, Christophe Ferrari, lui, remportait une large majorité : 60 voix, contre 35 à J. Nivon, 26 à J-D Mermillod- Bondin, 2 à M. d’Ornano et 1 blanc. Il manquait cependant trois voix au candidat PS pour obtenir la majorité absolue. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5099 du samedi 03 mai 2014

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?