AccueilEconomieChristian Barqui, un boulimique de projets

Christian Barqui, un boulimique de projets

Licencié de chez Bonduelle en 2001, il crée 4G Vert Désir à Mâcon, l'outsider de la salade en sachet qui détiendra jusqu'à 9 % de parts de marché. Quand il revend à Bakkavör, Christian Barqui investit gros sur une chaine de restaurants à Lyon. C'est l'échec. Cuisant. Il rebondit en devenant directeur général de Florette France à Caluire.
Christian Barqui, un boulimique de projets
© : DR

Economie Publié le ,

Lire aussi


http://le-tout-lyon.fr/60-000-rebonds-soutient-les-dirigeants-6006.html


http://le-tout-lyon.fr/-parler-de-ses-echecs-plutot-que-de-ses-reussites-6005.html


http://le-tout-lyon.fr/qu-en-pense-le-banquier-6004.html


http://le-tout-lyon.fr/se-transformer-pour-rebondir-6002.html


http://le-tout-lyon.fr/rebondir-pas-si-simple-pour-le-dirigeant-6001.html


Rebondir tout de suite. Telle fut la devise de Christian Barqui quand il a été licencié par Bonduelle Frais, cinq ans après que Salade Minutes, à Genas, qu'il dirigeait, ait été reprise par le géant de l'agroalimentaire. « La forme a été violente, j'ai été viré en 1 heure », se souvient-il. A 41 ans, le choix est rapide : « Je valide avec ma femme que je mets en caution notre résidence principale et que si je me plante, c'est le RMI à vie. » Vendu. Il crée 4G Vert Désir à Mâcon, récupère des collaborateurs de chez Bonduelle qui ont également mal vécu le licenciement de leur boss, crée des usines, sécurise ses approvisionnements, fait fonctionner son réseau pour se positionner dans la salade 4ème gamme. En 2006, cinq ans après la création, il réalise 26 M€ de chiffre d'affaires, détient 9 % de parts de marché en France et emploie 180 collaborateurs.


L'opportunité de vendre vient de l'Islandais Bakkavör, propriétaire du concurrent Cinquième saison. « En avril 2007, je vends au bon moment, se souvient-il. Je suis confortable au niveau financier et c'est là que je fais la connerie… » Le boulimique de projets se lance dans la création d'une chaîne de restauration. L'idée de créer des restaurants de salades va prendre forme. En grand. Très grand. « Un établissement unique ne m'intéressait pas. Je pars d'emblée sur l'ouverture de huit restaurants en huit mois en région Lyonnaise sous trois enseignes : Vert Tige Restos (salades fraicheurs, soupes, tartes), Dans ma cuisine aujourd'hui (un plat unique mijoté) et Jour de pique-nique. Je rachète également un traiteur en septembre 2008. Et je me prends la crise en pleine figure. » La crise, une mauvaise connaissance du secteur de la restauration provoquent la faillite la faillite. L'échec est cuisant. Christian Barqui affirme avoir perdu, personnellement, quelque 2 M€, lorsqu'il liquide fin 2010.


Là encore, rebondir vite est une question de survie. Il apprend par son réseau que le président de Bakkavör est licencié en 2011. Ses anciens collaborateurs de 4G Vert Désir glissent son nom pour redresser la filiale française, en mauvaise passe. Il négocie une indépendance d'action et mènera les discussions lorsque Florette rachètera Bakkavör en 2012. Il est, depuis, directeur général France de Florette qui emploie 1 500 collaborateurs et a réalisé un chiffre d'affaires de 200 M€ en 2015.
Ce parcours semé d'embûches et de rebondissements l'a amené à la présidence nationale de l'APM (Association progrès du management), à partager régulièrement son expérience lors de conférences ou en tant que business angel.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?