AccueilMusiqueChostakovitch accompagne les débuts lyonnais de Tcherniakov

Chostakovitch accompagne les débuts lyonnais de Tcherniakov

Kazushi Ono tire sa révérence sur Lady Macbeth de Mzensk, l'un des chefs d'œuvre du XXème siècle.
Chostakovitch accompagne les débuts lyonnais de Tcherniakov
Clive Barda - Dmitri Tcherniakov reprend à Lyon une production qu'il a réalisée pour l'English national Opéra

CultureMusique Publié le ,

Peu d’ouvrages lyriques peuvent rivaliser de violence d’érotisme et de puissance dramatique avec Lady Macbeth de Mzensk. Cet opéra de Chostakovitch, très vite interdit après sa création en 1934 par Staline, exige des interprètes dotés de grands moyens vocaux et d’un talent d’acteur susceptible de restituer le kaléidoscope des sentiments des personnages. Inspirée par une nouvelle de Nicolaï Leskov, l’œuvre suit la descente aux enfers de la belle Katerina, mal mariée à un marchand aussi riche que falot, qui pour tromper son ennui prend pour amant, Sergeï un des ouvriers de son mari. Emportée par son amour ardent, elle empoisonne celui-ci après avoir assassiné son beau-père. Déportée en Sibérie, humiliée par celui à qui elle a sacrifié son honneur, elle se jette dans une rivière glacée en entraînant sa rivale.


Protéiforme, la partition de Chostakovitch illustre merveilleusement cette tragédie, découpée comme un scénario de film, en multipliant les atmosphères musicales n’hésitant pas à introduire des éléments satiriques entre ces pages oscillant entre les raffinements d’un Moussorgski et les paroxysmes malhériens. Seuls les interludes, comme chez Debussy, laissent transparaître ses talents de symphoniste, le reste de l’œuvre pouvant être considéré comme une sorte de long arioso au service des intentions du livret. L’écriture appuie la caractérisation psychologique complexe des personnages, particulièrement de l’héroïne qui ne quitte pratiquement pas la scène pendant les près de trois heures que dure ce spectacle.


Un beau cadeau pour Kazushi Ono, qui dirige sa dernière production en tant que directeur musical de l’Opéra de Lyon. Le maestro aura le privilège d’accompagner les premiers pas lyonnais de Dmitri Tcherniakov. Le metteur en scène russe, qui suscite régulièrement les foudres de la censure, reprend à Lyon une production réalisée pour l’English national Opéra. La nouvelle distribution réunit Ausrine Stundyte, Peter Hoare et Vladimir Ognovenko. Un spectacle déconseillé aux moins de 14 ans.


Opéra de Lyon, du 23 janvier au 6 février.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?