AccueilEnchèresChasse, pêche et militaria aux enchères

Chasse, pêche et militaria aux enchères

CultureEnchères Publié le ,

Pêche à Lyon 8ème chez Artcurial sous le marteau de Maîtres Michel Rambert et Agnès Savart. Au catalogue, des livres pour débuter cette vente avec la dispersion de deux importantes bibliothèques, parmi lesquels on retient le rare ouvrage de Joseph H. Hubert consacré au saumon imprimé en 1979 à seulement une centaine d'exemplaires et pour lequel on attend 350 à 500 € mais également et pour une estimation identique, « La truite de rivière » de A. Petit dans une très belle reliure en plein cuir, couverture originale conservée. Au chapitre du matériel, focus sur un moulinet saumon Hardy Perfect, 4 fabriqué vers 1910 et en bon état de conservation pour une estimation établie entre 300 et 350 € mais aussi sur une canne à mouche en bambou refendu de Pezon et Michel, neuve dans son étui, estimée entre 350 et 400 € par Michel Winthrop, expert lors de cette vente. Superbe et rare pour conclure, un portefeuille à mouche anglais datant environ de 1880 devrait concentrer tous les suffrages des collectionneurs avec une estimation annoncée entre 400 et 600 €.
Artcurial Lyon – Samedi 9 avril à 14h30 – Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.rambert.fr
Chasse et militaria, toujours le 9, mais cette fois à Lyon Brotteaux. Si on retient pour la chasse quelques ouvrages dont ce toujours apprécié volume illustré par P. Malher et édité par l'illustre Manufacture de Saint-Etienne intitulé « Le chien, le gibier et ses ennemies » estimé entre 80 et 120 €, l'attention se porte également sur une série de bronzes animaliers ainsi que sur divers fusils et carabines. Militaria pour suivre avec une très belle série de sabres dont un modèle 1854 dit de Cent Gardes et un sabre d'Officier de Cuirassiers de la Garde Royale, modèle 1816, tous deux estimés entre 2 000 et 2 500 €.
Hôtel des Ventes Lyon Brotteaux – Samedi 9 avril à 14h – Catalogue complet et horaires d'expositions sur http://www.aguttes.com

Le Trésor monétaire de St Jean d'Ardières à Villefranche-sur-Saône. C'est l'histoire peu banale d'un maçon qui trouve voici quelques années à Saint Jean d'Ardières, mais sur le terrain d'un propriétaire, un trésor en pièces de monnaie. L'anecdote n'arrive pas que dans des films et trouve ce 9 avril une part d'aboutissement avec la dispersion sous le marteau de Maître Gérald Richard de la part du propriétaire du terrain, soit la moitié du trésor d'origine composé de 4 100 antoniniens et 3 deniers émis de 215 à 252. Vendues en lot ou à l'unité selon leur valeur d'estimation établie par Joël Creusy, expert lors de cette vente, ces pièces ont précédemment été étudiées par Vincent Drost et publiées dans la série « Trésors monétaires » de la BNF. Avis donc aux numismates car outre l'objet en lui-même, l'histoire est quand même très belle.
Hôtel des Ventes de Villefranche-sur-Saône – Samedi 9 avril à 14h30 – Catalogue complet et horaires d'expositions sur http://www.guillaumot-richard.com

Adjugés !


Très attendu ce 17 mars chez Artcurial Lyon, l'ensemble exceptionnel de 46 photographies prises au Chili entre 1890 et 1910 n'a pas suscité la belle bataille d'enchères qu'on attendait. Ni la salle, ni le téléphone n'ont répondu présent face à ce lot estimé pourtant à son juste prix entre 20 000 et 30 000 € compte tenu du marché actuel. Le salut est venu d'un « after » comme la loi l'autorise depuis quelques années avec une adjudication à 18 600 € (frais inclus) prononcée en faveur de la Bibliothèque Nationale du Chili. Dans la même vente, un petit Almanach de poche pour l'année bissextile 1752 dans une fine reliure liègeoise brodée et ornée de deux aquarelles trouvait preneur à 3 350 € tandis qu'un imposant antiphonaire espagnol du XVIIe siècle en format in-folio était enlevé à 2 600 €.
Alcool pour suivre avec de très beaux résultats pour les vieux rhums Bally qui ont quasi tous doublé leur estimation ce 16 mars à Lyon Brotteaux. 1 140 € (frais compris) pour une bouteille de 1949, 2 640 € (frais compris) pour deux bouteilles de 1950. Plus classique mais néanmoins remarquable, une bouteille de Romanée-Conti 1984 s'envolait à... 7 200 €.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?