AccueilImmobilier-TP-BâtimentCharbonnel dans le giron de Floriot

Charbonnel dans le giron de Floriot

Le groupe de construction de Bourg-en-Bresse a repris à la barre du tribunal de commerce de Lyon, l'entreprise Charbonnel, implantée à Dardilly. Il intègre ainsi une compétence supplémentaire dans le secteur du bâtiment.
Charbonnel dans le giron de Floriot
© : DR - Thierry Glories, Pdg de TGL group

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

C’est une histoire de rencontres. Didier (le père) et Hugo (le fils) Charbonnel placent leur entreprise en plan de cession début juillet. Problèmes économiques et de fonctionnement ont eu raison de cette PME de 36 personnes, dirigée par la cinquième génération, qui a réalisé jusqu’à 12 M€ de chiffre d’affaires les bonnes années. « Mon groupe est plus jeune, il n’a que 75 ans, relate Thierry Glories, président de la holding TGL Group qui porte également Floriot. Il était intéressant de reprendre cette entreprise qui a de réelles compétences dans le staff, une technique de plâtrerie traditionnelle pour la réhabilitation de logements anciens, un segment de marché qui nous intéresse. Le groupe a repris 13 personnes et nous promettons d’embaucher en priorité les salariés non-retenus dès que le volume d’activité le permettra. »

L’entreprise, devenue Charbonnel Interiors, conserve ses locaux d’activité à Dardilly. Son équipe administrative rejoint celle du groupe de Bourg-en-Bresse, installée pour partie à Oullins, « afin de favoriser l’intégration des équipes ». Hugo Charbonnel reste au développement commercial de l’entité, tandis que son père Didier a pris sa retraite. « Nous souhaitons que la structure vive par elle-même, ajoute Thierry Glories. La marque est synonyme de notoriété, nous entendons conserver ce qui fait son ADN. »

Le chiffre d’affaires de la PME avait chuté à 4 M€. « Il devrait remonter à 6 à 8 M€ par an lorsque l’intégration sera effective. »
TGL Group envisage d’autres opérations de croissance externe, dont une se prépare pour la rentrée de septembre. « Nous visons des entreprises dont les dirigeants souhaitent partir à la retraite, dans le génie électrique ou le génie climatique, en région, pour compléter l’offre du groupe », confie Thierry Glories. Le groupe compte 350 collaborateurs répartis dans 15 filiales dédiées aux métiers de la construction et de l’immobilier et vise 150 M€ de chiffre d’affaires en 2016. L’objectif des 200 M€ pourrait être atteint en 2020.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?