AccueilDossiersCes hôteliers indépendants et familiaux : focus sur le groupe Dalofi

SÉRIE D'ÉTÉ Ces hôteliers indépendants et familiaux : focus sur le groupe Dalofi

Deuxième volet de notre série à la découverte des hôteliers indépendants et familiaux. Portrait du groupe Dalofi, créé en 1980 à Roanne par Jean et Renée Dalaudière rejoints par leur fils unique, Philippe Dalaudière, en 2005.
Ces hôteliers indépendants et familiaux : focus sur le groupe Dalofi
© Groupe Dalofi

Dossiers Publié le ,

Il est la deuxième génération à faire vivre le groupe hôtelier créé par ses parents, à Roanne, en 1980. Philippe Dalaudière a repris la présidence du groupe en 2015. Il se souvient du premier établissement ouvert au sud de Roanne, au Coteau. Trente-cinq chambres, au bord de la Nationale 7. 

"Quand l'hôtel a ouvert, il était entouré de champs et de moutons. J'avais cinq ans. Mes parents avaient vendu notre maison et bénéficié du soutien des proches pour construire l'hôtel", se souvient Philippe Dalaudière, qui a vécu pendant quatre ans au cœur de l'entreprise familiale, qui commençait à croître, s'étendant à 67 puis 75 chambres au fil d'agrandissements successifs.

Si les murs et le fonds de commerce appartiennent à la famille Dalaudière, ils ont à l'époque fait le choix d'adopter la franchise Minimotte, rachetée en 83 par le groupe Accor, qui fusionne ensuite avec Ibis.

Porté par ce développement, Jean Dalaudière a lancé, avec des associés, un hôtel à Bourg-en-Bresse, et un autre à Oyonnax. Ce dernier n'ayant pas passé le cap de la crise de la plasturgie de 93 et la récession qui s'en est suivie, Jean Dalaudière a choisi de céder l'affaire, et de se concentrer sur Roanne et Bourg-en-Bresse, tout en s'associant à nouveau pour la gestion d'un hôtel à Paris, Gare de l'Est. 

"En parallèle, mon père travaillait pour une autre famille roannaise, qui était propriétaire des hôtels Ibis à Saint-Etienne Châteaucreux et Saint-Etienne La Terrasse, en tant que manager pour le développement des affaires", se rappelle Philippe Dalaudière, dont le père était également président de l'association des franchisé Ibis "à la demande des fondateurs du groupe Accor, pour représenter les intérêts des franchisés, puis pour une association de tous les Formule 1, Etap Hotel, Ibis…". Une fonction qu'il occupera pendant 25 ans.

Les particularités de la province

C'est en 2005 que Philippe Dalaudière, après cinq ans passés à faire ses armes dans la grande distribution en tant que directeur de magasin, revient aux sources, pour travailler auprès de son père, pendant dix ans, avant de reprendre la direction générale du groupe en 2013. En 2010, il choisit d'ouvrir un Ibis Budget à Roanne, "en pleine période de crise", puis il rachète l'hôtel Terminus de Roanne, établissement alors indépendant, qui devient Ibis Style en 2012.

"Pendant quelques années, mon père a renforcé notre position sur le bassin historique Roannais, en poursuivant le développement sur ce territoire en priorité", relève Philippe Dalaudière complétant : "On était en parallèle toujours propriétaires d'hôtels sur Paris. On a évolué en 2015-2016, partant du constat que sur le territoire Roannais, l'activité reste limitée au tissu économique local. On est avant tout sur de l'hôtellerie d'affaire, pas sur un territoire avec une économie touristique. On est un bon indicateur des tendances au niveau économique. Pour autant, cette position très dominante sur notre marché, ne nous permettait pas d'être très performants : 80 % des activités du groupe étaient réalisées par un hôtel à Paris, contre 20 % par trois hôtels à Roanne". 

La suite de cet article est réservée à nos abonnés.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?