Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Patrick Perret : " Les banques sont déjà actives sur les cryptomonnaies "

le - - Finances

Patrick Perret : " Les banques sont déjà actives sur les cryptomonnaies "
DR - Patrick Perret, directeur de l'audit à la Caisse d'Epargne Rhône Alpes

Le projet Libra a été annoncé en juin dernier par Mark Zuckerberg. Réunissant 29 entreprises, dont Facebook, il consiste en la création d'une nouvelle cryptomonnaie, la Libra, qui pourra être utilisée notamment par le biais de Messenger ou de WhatsApp. Elle serait gérée par une association indépendante basée à Genève. " La manière dont elle serait créée marquerait cependant un tournant décisif pour les crypto-devises. D'une part, car une multinationale reconnue en serait à l'origine. Et d'autre part, car elle serait adossée à un panier de devises traditionnelles pour lui apporter une certaine légitimité et diminuer sa volatilité ", explique Patrick Perret, directeur de l'audit à la Caisse d'Epargne Rhône Alpes.

La puissance de Facebook est-elle de nature à impacter le système monétaire classique et l'écosystème des banques ? Et en quoi ?

Le projet de Facebook pourrait avoir de nombreux impacts encore difficiles à appréhender. Il convient cependant d'en relativiser les conséquences pour plusieurs raisons. Premièrement, la Libra serait adossée à une réserve d'actifs réels, c'est-à-dire que chaque Libra créé trouverait son équivalent en devises conventionnelles et/ou en actifs sans risque. Il ne sera donc pas possible de créer des Libras sans contrepartie. Deuxièmement, un projet de cette nature ne pourra pas échapper à l'environnement réglementaire, concernant notamment la protection de la clientèle, la lutte anti-blanchiment et le financement du terrorisme.

Quels sont les principaux risques associés à la création de la Libra ?

La Libra s'appuyant sur un panier de devises, son cours varierait en fonction de chacune d'entre-elles, exposant ses utilisateurs à un risque de change. De plus, si la Libra était lancée avec succès, elle ne manquerait pas de dépasser la simple utilisation par des particuliers et serait utilisée par des entreprises voire des institutions financières. Une défaillance au niveau de l'association en charge de gérer sa stabilité et le bilan qui en découle pourrait faire courir des risques majeurs aux utilisateurs,fragilisant ainsi l'environnement économique.

Les banques peuvent-elles d'une manière ou d'une autre appréhender le virage des cryptomonnaies ?

Les banques s'intéressent aux cryptomonnaies au travers de la gestion d'actifs et de la technologie blockchain pour la gestion de ses propres risques. Elles sont déjà actives sur le sujet.

Peut-on envisager la création d'un nouveau système de monnaies alternatives de dimension internationale qui puisse échapper à toute régulation ?

Pour pouvoir jouer le rôle de monnaie alternative attendu par Facebook, la Libra doit remplir les objectifs de réserve de valeur, d'unité de compte et d'intermédiaire d'échange (contre-valeur de dettes ou d'actifs). Cette monnaie devrait être stable et inspirer confiance. Dans le cas des monnaies souveraines, cette stabilité est garantie par un organisme de type banque centrale ou étatique. Ce n'est pas le cas de la majorité des cryptomonnaies dont la valeur n'est majoritairement basée sur aucun sous-jacent, ce qui leur donne un caractère purement spéculatif. Leurs variations de valeur basées uniquement sur l'offre et la demande les rendent impropres à être qualifiées de monnaies. Des présidents de banques centrales et les responsables politiques au niveau du G7 ont décidé de se mobiliser. Un groupe de travail dédié aux projets des cryptomonnaies, dont celle de Facebook, est d'ores et déjà mis en place et réunit l'ensemble des acteurs au niveau international. Il y a une prise de conscience par les autorités de régulation que l'existence d'un système parallèle non régulé et fortement utilisé pourrait être de nature à faire courir un risque économique voir systémique.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer