AccueilEconomieServicesCentum T&S veut écrire une nouvelle histoire pour Adetel

Centum T&S veut écrire une nouvelle histoire pour Adetel

Entré majoritairement au capital du lyonnais Adetel Group, en 2016, l’Indien Centum Electronics entend relancer la dynamique de croissance de sa filiale française spécialisée dans les solutions électroniques.
Éric Rouchouze a rejoint Centum T&S en début d'année
Photo DR - Éric Rouchouze a rejoint Centum T&S en début d'année

EconomieServices Publié le ,

Passé en 2016 sous le contrôle du groupe Indien Centum Electronics, Adetel Group entre cette année dans une nouvelle ère. Créée il y a plus de 30 ans et spécialisée dans la conception de solutions électroniques, l’entreprise installée à Écully marque symboliquement le début de cette nouvelle histoire en adoptant une nouvelle identité. Désormais, toutes ses unités et ses quelque 500 collaborateurs, de l’agglomération lyonnaise, où elle emploie environ 280 personnes, au Canada, à l’Inde et à la Belgique, seront fédérées sous la bannière unique Centum T&S.

Décidé pour assurer une meilleure lisibilité, ce changement constitue le premier élément de la nouvelle feuille de route qui a été établie et matérialisée au travers du plan « Target 2023 ». Ambitieux, celui-ci prévoit une progression de 20 % du chiffre d’affaires au terme de l’exercice qui débute. Après deux années difficiles, liées à la crise covid dans un premier temps, puis à celle des composants, Centum T&S se fixe un objectif à 58 M€ à fin mars 2023.

Centum T&S veut attaquer de nouveaux marchés

Pour y parvenir, Éric Rouchouze, arrivé aux commandes en début d’année et désormais président de Centum T&S, entend s’adosser sur une stratégie comprenant plusieurs volets. Très majoritairement tournée vers la mobilité, qui génère plus de 80 % de son chiffre d’affaires, l’entreprise doit rééquilibrer le poids de ses différents clients au sein de cette activité. « Alstom pèse environ 30 % du total et même 80 % pour Centum T&S Canada, précise Éric Rouchouze, qui souhaite augmenter la part des Safran, Airbus, Thales, Renault, RATP…

Dans le même temps, le président de Centum T&S souhaite s’engager dans une stratégie de diversification des secteurs avec lesquels il travaille. Trois cibles ont été identifiées. Les équipements agricoles, en premier lieu.

"Mieux nourrir la planète est un véritable enjeu aujourd’hui et la technologie peut apporter des solutions en matière d’optimisation de l’agriculture, de développement des circuits courts et de réduction de la pollution"

. Une deuxième piste est envisagée dans l’appareillage médical. "Enfin, dans un second temps, c’est-à-dire d’ici 24 à 36 mois, nous allons plancher sur l’énergie et notamment le nucléaire"

Pour être encore plus efficient dans son offre, Centum T&S s’appliquera enfin à nouer des partenariats avec des entreprises qui lui amèneront certaines compétences dont l’entreprise ne dispose pas en interne. « Nous avons déjà concrétisé cette stratégie en signant un partenariat avec Alten », indique Éric Rouchouze.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

Journal du 04 novembre 2022

Journal du04 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?