AccueilActualitéSociétéCentre européen pour la nutrition et la santé - Une initiative qui a du « CENS »

Centre européen pour la nutrition et la santé - Une initiative qui a du « CENS »

Le congrès scientifique international sur l’obésité Eco2012, qui s’est tenu à Lyon en mai, a réuni plus de 1 600 scientifiques internationaux de la recherche publique et privée.

ActualitéSociété Publié le ,

Les enjeux économiques et sociétaux liés à l’alimentation sont, en effet, en croissance depuis une dizaine d’années. Devenus une réelle question de santé publique pour les acteurs du secteur, il devient primordial d’améliorer l’état de santé de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs, la nutrition. Les maladies qui lui sont liées – diabète, obésité et maladies cardiovasculaires – affectent désormais 45 % de la population en Europe et représentent 7 % des dépenses de santé.
En 2008, 59 % des hommes et 48 % des femmes étaient considérés en surpoids ou obèses. Une évolution du nombre des diabétiques est à craindre, avec une estimation de 430 millions de personnes dans le monde en 2020. Une meilleure alimentation et une augmentation de l’activité physique contribueraient à prévenir et à réduire les risques de ces maladies et les conséquences financières qu’elles engendrent. Cependant, les maladies liées à la nutrition sont difficiles à traiter en raison de multiples facteurs en relation avec le style de vie, l’éducation, les aspects socioéconomiques et physiologiques.

Un projet lyonnais pour un problème mondial

Une véritable prise de conscience collective s’impose pour modifier les comportements de vie et tenter d’enrayer ce fléau grandissant du surpoids. Le lancement du Centre européen pour la nutrition et la santé (CENS) vient répondre à ces attentes. Basé à Lyon et porté par le professeur Martine Laville, il a pour vocation de coordonner les acteurs du monde de la recherche ainsi que les industriels des secteurs de l’agroalimentaire et de la pharmacie pour trouver des solutions scientifiques aux enjeux de santé liés à la nutrition. La Fondation Bullukian, l’Institut Mérieux, l’Institut Paul Bocuse, le laboratoire CarMeN regroupant l’INRA/INSERM et l’université Lyon 1, les groupes industriels Nutrisens, Roquette et Seb s’engagent aux côtés de ce nouveau centre. Ce dernier se donne pour mission de regrouper, dans un même lieu, les expertises et principales forces de recherche en nutrition dans le but d’améliorer la compréhension des pathologies et la prise en charge des patients. Le CENS envisage également d’élaborer des projets de recherche avec plusieurs partenaires privilégiés publics (clusters de recherche européens) et privés (acteurs des industries agroalimentaire et pharmaceutique, des biotechnologies ou de la banque assurance). Enfin, à terme, il proposera une offre de services, de technologies de pointe et de formations sur mesure dispensées par des experts internationaux.
Les partenaires privés se sont, à ce jour, engagés à soutenir le fonctionnement de la structure de portage, à hauteur de 600 000 € sur trois ans. Les collectivités publiques (Région Rhône-Alpes, Conseil général du Rhône et Grand Lyon) financeront la construction d’un bâtiment de 6 000 m2 pour un montant de 12 M€. Situé à Lyon-Sud, sur un terrain mis à disposition par les Hospices civils de Lyon, le CENS cohabitera, à l’horizon 2015, avec l’Institut européen du lymphome. Environ 200 chercheurs travailleront dans ce centre doté, notamment, d’une cuisine moléculaire.

Agnès Giraud-Passot

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?