AccueilEconomieHomme ou femme de la semaineCécile Barrère-Tricca à la tête d'Axelera

Cécile Barrère-Tricca à la tête d'Axelera

Aux commandes de l'établissement IFP Énergies Nouvelles Lyon depuis l'année dernière, cette ingénieure de l'École nationale supérieure de Chimie de Toulouse succède aujourd'hui à Thierry Raevel à la présidence du pôle de compétitivité chimie-environnement.
Cécile Barrère-Tricca à la tête d'Axelera
Photo DR

EconomieHomme ou femme de la semaine Publié le ,

Parcours express pour Cécile Barrère-Tricca, qui après avoir pris les commandes de la Direction Physique et Analyse d'IFP Énergies Nouvelles en 2014, puis celles de l'établissement IFP Énergies Nouvelles Lyon au début de l'année dernière, s'installe aujourd'hui sur le fauteuil de présidente du pôle de compétitivité Axelera.

« En accédant à ce poste, je prolonge mon action au sein d'IFP Énergies nouvelles en faveur d'une industrie écoresponsable, se réjouit-elle. Je suis convaincue que les filières chimie et environnement peuvent s'enrichir mutuellement grâce à l'innovation. Axelera accompagne les acteurs de ces filières par des actions concrètes en termes d'innovation et de développement économique ; c'est cela qui me motive. »

Élue pour deux ans, Cécile Barrère-Tricca confirme que la feuille de route d'Axelera s'inscrit dans la continuité de la phase IV du pôle qui a démarré au début de l'année. « Nos objectifs sont clairs et ambitieux, rappelle-t-elle. Nous voulons contribuer au développement d'une chimie de solutions pour l'industrie et les territoires, autour de procédés compétitifs éco-efficients, de technologies pour préserver et restaurer les ressources naturelles, mais aussi pour une gestion circulaire des différentes matières, de l'eau, de l'air, des sols et de l'énergie. »

Résolument attaché au territoire régional, Axelera entend cependant poursuivre son déploiement à l'échelon national et international, en se projetant vers les opportunités de financement qu'offre l'Europe. « Nous souhaitons atteindre le cap des 500 adhérents à l'horizon 2022 », ajoute-t-elle. Pour y parvenir, le pôle de compétitivité compte agir en direction de toutes les entreprises, sans distinction de taille : des start-up aux grands groupes internationaux, en passant par les PME et les ETI, mais aussi les laboratoires académiques, les organismes de recherche, les centres de formation, les plateformes et associations.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?