AccueilVie juridiqueCe Lyonnais qui veut faire rentrer les avocats dans le metaverse

Ce Lyonnais qui veut faire rentrer les avocats dans le metaverse

Doté d’un bagage en droit, Antoine Bert s’est lancé, dès la fin de ses études, dans l’entreprenariat et créé la legaltech Digital Droit. Aujourd’hui, il développe des bureaux dans le metaverse pour le cabinet parisien d’avocats PacisLexis Family Law.
Ce Lyonnais qui veut faire rentrer les avocats dans le metaverse
DR - Les bureaux virtuels du cabinet d'avocats PacisLexis Family Law. En haut à droite, Antoine Bert, leur créateur.

Vie juridique Publié le ,

"Je suis persuadé que le metaverse, c’est l’avenir". Cette phrase n’est pas signée Mark Zuckerberg mais Antoine Bert, entrepreneur lyonnais. Le jeune homme de 27 ans a développé, pour le cabinet d’avocats parisien PacisLexis Family Law, spécialisé dans le droit de la famille, des bureaux virtuels en ligne.

L’idée n’est pas de régler son divorce dans un monde parallèle, casque vissé sur la tête, mais de "rendre les avocats plus accessibles et disponibles, explique Antoine Bert. L’objectif est d’offrir aux cabinets d’avocats la même vélocité que dans une start-up".

Titulaire d’une licence de droit, Antoine Bert a ensuite poursuivi ses études avec un master Eden (entrepreneuriat et développement des entreprises nouvelles), à l’IAE de Lyon 3. Passionné par le web 3 et l’entrepreneuriat, il fonde alors Digital Droit, plateforme de mise en relation entre clients et avocats. Il est incubé à la Manufactory de Lyon 3. C’est au cours de cette expérience qu'il dit s'être "rendu compte que les avocats avaient une dette technique", explique-t-il.

Début 2020, lors du premier confinement, il rencontre Maître Kawaishi, fondatrice de PacisLexis Family Law, qui cherche à développer des outils au service de la relation client. C’est ainsi que naît le projet de metaverse, lancé début février.

Ca ressemble à quoi, un cabinet d’avocats dans le metaverse ?

Des bureaux fermés, une salle de conférence, une cuisine, un coworking… Les locaux du cabinet d’avocats PacisLexis Family reprennent, dans le metaverse, les mêmes espaces que dans la réalité.

L'interface repose sur un graphisme simple. Chaque utilisateur - client, avocat, visiteur… - doit créer un avatar, comme dans un jeu vidéo, et peut communiquer en visioconférence. Il peut aller frapper à la porte d’un bureau, partager un café dans la cuisine, ou assister à une conférence.

Sauf que le prix au m² est nettement moins élevé que dans la réalité. Un détail qui n’en est pas un à Paris.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?