Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Cat Power à Fourvière pour la seconde fois

le - - Musique

Cat Power à Fourvière pour la seconde fois
DR

Une soirée à Fourvière réunissant Cat Power et Bertrand Belin avec un vieux routard pour assurer l'entame, Howe Gelb, le parrain de la scène de Tuckson et auquel Calexico doit tout, ça devrait donner un étonnant cocktail, entre coolitude et émotions fortes...

Il est loin le temps où Chan Marshall alias Cat Power déprimait dans sa loge du Pez-ner (salle de concerts villeurbannaise des années 90 disparue avec la fièvre électronique, la lassitude faisant le reste, et restée dans les mémoires de toutes et tous ceux qui l'ont fréquentée).

Déjà en 2008, lors de son passage au grand théâtre, alors que Benjamin Biolay chauffait la salle en première partie, elle était devenue lumineuse. C'était deux ans après la sortie de The Greatest, album de la rédemption, elle sortait deux albums la même année et resplendissait enfin.

Depuis elle s'est installée à Miami, une ville improbable pour une folk-singer comme elle, se promène tous les jours avec son fils au bord de la plage et coule une vie, enfin, tranquille, entre tournées et production. Elle a semble-t'il trouvé son rythme de croisière et chacune de ses apparitions est une expérience assez inoubliable.

Il faut dire que son timbre est tellement singulier, ses compositions ciselées et poétiques, si diaphanes et délicates, mais aussi parfois profondément brutes et sauvages. Son dernier album est « prodigieux, sans doute le meilleur depuis The Greatest » selon le magazine Les Inrocks qui l'a toujours soutenue.

Effectivement, Wanderer est un bijou de dépouillement et de beauté où elle s'offre la coquetterie de reprendre Rihanna et d'accueillir Lana Del Rey sur le titre Women.

Quant à Bertrand Belin, il est devenu (presque) un habitué des Nuits de Fourvière, puisqu'il est déjà venu en 2013 et 2016 enthousiasmer le public qui apprécie ses textes polysémiques et sa voie grave.

Personnalité à part dans le paysage de la chanson française, Bertrand Belin vient interpréter son dernier opus, Persona, un bijou d'élégance et d'épure, raffiné en diable.

Grand théâtre, 5 juillet, www.nuitsdefourviere.com




Gallia VALETTE-PILENKO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer