AccueilVie juridiqueDroitCaroline Courtiade : la passion du notariat

Caroline Courtiade : la passion du notariat

Née à Niort, elle n’y restera vivre que… trois mois avant de prendre la direction de l’Afrique, de Djibouti à Abidjan, jusqu’à l’âge de 13 ans.

Vie juridiqueDroit Publié le ,

Retour en Europe lorsque son père est muté en Allemagne, à Trèves puis à Sarrebourg. Un périple quasi permanent, propre aux carrières militaires, qui lui aura sans doute donné le goût des voyages. De sa mère, native de Barcelonnette dans les Alpes, elle aura conservé l’amour de la montagne et des grands espaces. C’est en 1975 que Caroline Courtiade pose enfin ses valises à Lyon. Elle passe son bac scientifique au Cours Chevreul, puis se destine à la médecine. Le succès n’est pas au rendez-vous et elle se tourne alors vers le droit en intégrant l’université Lyon III. Elle obtient sa maîtrise puis son DESS toujours à Lyon avant, pour des raisons familiales, de passer et d’obtenir à Montpellier son diplôme supérieur de notariat (DSN). Mais Caroline Courtiade reconnait volontiers qu’au départ, elle ne connaissait pas vraiment le notariat et se destinait plus précisément à la magistrature. En étudiant le droit notarial, elle découvre un secteur du droit qui lui plait et peu à peu la passionne réellement. « Finalement, le notaire est un magistrat de l’amiable et le conseiller des familles », explique Me Courtiade. C’est dans le sud de la France qu’elle débute dans le notariat, à Nîmes, chez Maîtres Lacour et Ponge où elle apprend les rudiments du métier durant six années. « La rigueur, l’aspect de ses règles, la solidarité, l’unité entre ses membres démontrée par la profession m’ont vite convaincu que j’avais trouvé ma voie », explique Caroline Courtiade. En 1989, la voilà de retour à Lyon où elle rejoint l’étude de Maîtres Bernard Pinçon et Didier Lardaud, qui deviendra par la suite celle de Maîtres Jean-Luc Reyjal et Alexandre Thurel, auxquels elle sera associée avec, un peu plus tard, Me Jean-Marc Brun. Après trente ans d’exercice, elle avoue ressentir toujours la même passion au quotidien. « Il est compliqué de faire ce métier si l’on n’a pas la passion chevillée au corps et si l’on ne montre pas de l’intérêt pour la vie de ses clients », explique la nouvelle présidente élue par ses pairs en mai à la tête du notariat du département…



Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5052 du samedi 8 juin 2013

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?