AccueilCollectivitésCanal de Miribel : une réhabilitation urgente

Canal de Miribel : une réhabilitation urgente

Canal de Miribel : une réhabilitation urgente

Collectivités Publié le ,

Fleuve majestueux, l’un des plus puissants d’Europe, le Rhône se divise, au nord-est de la Métropole lyonnaise, en deux canaux, Miribel et Jonage. Le canal de Miribel, ouvrage public, a été construit en 1847 pour faciliter la navigation à partir du tracé de l’un des multiples bras du Rhône qui fonctionnait alors en tresses. Aujourd’hui, il constitue le lit principal du Rhône. Il conditionne l’alimentation en eau potable et assure la protection contre les crues des territoires métropolitains et riverains de l’Ain ainsi que le développement des loisirs nautiques du Grand parc de Miribel Jonage, géré par son propriétaire, le Symalim. Mais en cinquante ans, le canal de Miribel s’est enfoncé de quatre mètres, ce qui perturbe sa qualité écologique et son accessibilité, ainsi que la ressource en eau du territoire. Il s’affaisse et il remet en cause l’ensemble des équilibres naturels et l’avenir du territoire. Ces perturbations imposent l’instauration d’actions urgentes.
Un contrat de 18 M €
Sécuriser l’alimentation en eau potable de l’agglomération lyonnaise en qualité et en quantité, gérer les crues du Rhône et protéger les riverains du canal, conserver et restaurer les potentiels écologiques des milieux aquatiques, accueillir et sensibiliser les publics sont des axes stratégiques désormais inscrits dans un programme de restauration à échéance 2027, inclus dans le projet d’aménagement de l’Anneau bleu. Ce programme est porté par un ensemble de neuf partenaires - collectivités, associations et entreprises. Les représentants de l’Etat, de la Métropole de Lyon, du conseil départemental de l’Ain, de la communauté de communes de Miribel et du Plateau, de la communauté de communes de la Côtière à Montluel, du Symalim, des Voies navigables de France (VNF), de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et d’EDF ont ainsi signé, mardi 29 mars, un contrat territorial de restauration du canal de Miribel. « Un consensus dynamique qui répond à trois enjeux : hydraulique, environnemental et humain », a souligné Jérôme Sturla, président du Symalim.
Doté d’un budget de 18 M€, ce premier contrat contient un ensemble d’actions qui seront réalisées sur la période 2015-2020 et qui visent à restaurer les fonctionnalités du canal de Miribel, de ses annexes fluviales et de sa nappe. Il comprend une série de travaux et la réalisation d’études complémentaires qui viendront préciser et consolider la totalité du programme d’intervention qui s’échelonnera de 2015 à 2027 et s’élèvera à 41 M€.
Les collectivités locales, EDF, VNF et la Fédération de pêche du Rhône assureront la maîtrise d’ouvrage des actions relevant de leurs propres compétences lors de cette première phase. Le département de l’Ain, quant à lui, s’associera aux travaux de lutte contre les inondations sur la commune de Thil.
Ce projet d’envergure à gouvernances multiples a été qualifié par les partenaires signataires « d’exemplaire, porteur de valeurs et d’espoirs, sécuritaire, coopératif, fédérateur et attendu ».

A.G.-P.

Aux confluences du Rhône et de l’Ain

➢ Le canal de Miribel est un linéaire de 18 km
➢ Ses 3 200 hectares de milieu naturel alimentent 1,3 million d’habitants
➢ 300 000 m3 par jour sont prélevés sur le site
➢ Il accueille près de 4 millions de visiteurs par an
➢ La première phase de travaux coûtera 18 M€
➢ Le projet de restauration s’étalera sur 13 ans

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?