AccueilCultureEnchèresEnchères à Lyon / Cabinet florentin et ivoires du XVIIIe chez Artenchères

Enchères à Lyon / Cabinet florentin et ivoires du XVIIIe chez Artenchères

Ouverture de la saison 2018 / 2019 sous les meilleurs auspices pour Maîtres Agnès Savart et Michel Rambert le mercredi 3 octobre, avec une vente au catalogue prestigieux. Mobilier en provenance d'un château en Savoie, ivoires anciens issus d'une vieille collection lyonnaise et autres ensembles de faïences et opalines devraient attirer la foule des collectionneurs français et étrangers.

CultureEnchères Publié le ,

Quasi 250 lots sont inscrits au catalogue de cette vente qui fera sans nul doute référence dans le landerneau des enchères lyonnaises. Parmi les lots-phares, on retient un splendide cabinet florentin datant de la seconde moitié du XVIIe siècle en ébène et bois noirci à façade architecturée à colonnes.

Pas moins de 19 tiroirs occupent le devant de ce cabinet, tous à décor de plaques de pierres dures de type lapis-lazuli, jaspes, marbre vert-antique ou encore brèche violette. A noter également les colonnes enscagliola imitant le porphyre d'Egypte mais aussi le piètement à figures d'enfant en bois doré pour ce cabinet estimé 30 000 / 40 000 € malgré d'importantes restaurations et remplacements.

Tout autant sous les lumières de la salle, à suivre une paire de statuette en ivoire sculpté représentant Cléopâtre et Lucrèce (ou Didon) à l'antique, travail de l'Ecole de Trapani datant de la première moitié du XVIIIe siècle probablement issu de l'atelier d'Andréa Tipa (1725-1766). Provenant d'une collection particulière lyonnaise par descendance, cette paire de statuette de très grande facture est attendue entre 15 000 et 20 000 €.

Artenchères Lyon ( ex-Artcurial), 2 et 4, rue Saint Firmin à lyon 8e, mercredi 3 octobre à 17 h - Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.artencheres.fr

Mobilier et objets d'art chez Ivoire Lyon

Nécessaire astronomique en argent daté de 1646 estimé 7 000/8 000 €

Rendez-vous pour suivre le 6 octobre à Lyon Presqu'île pour la dispersion d'un bel ensemble de meubles, tableaux et objets d'art sous le marteau de Maîtres Bérard, Péron, Rousselot et Battin. Au catalogue, l'attention est retenue par un très rare nécessaire astronomique sous forme d'un compendium portatif en argent gravé et niellé daté de 1646, pour lequel on attend 7 000 à 8 000 € ; mais aussi par une importante paire de candélabres en bronze patiné et doré à décor d'une Renommée supportant un bouquet à cinq feux. D'époque Empire, cette paire haute de 71 cm est attendue entre 4 500 et 6 000 €, selon l'estimation.

Côté mobilier, on retient encore une grande armoire lyonnaise d'époque XVIIIe annoncée entre 8 000 et 9 000 € ; tandis que les amateurs préférant une commode remarqueront sans doute ce modèle d'époque Louis XV en placage de bois de rose et dessus de marbre brèche rouge pour lequel il faudra engager 5 000 à 8 000 €.

Ivoire Lyon, samedi 6 octobre à 14 h 30 - Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.ivoire-lyon.com

Tableaux anciens et modernes à l'Hôtel d'Ainay

"Paysage à la rivière gelée....", huile sur panneau de J. de Momper estimée 40 000/60 000 €

Date du 6 également bloquée, mais cette fois à l'hôtel d'Ainay sous le marteau de Maître Cécile Conan-Fillatre pour une vente consacrée exclusivement à la peinture ancienne et moderne. Sur les cimaises et au fil du catalogue, on remarque d'abord « L'Eté ou la fenaison », une huile sur panneau d'Abel Grimmier ( Anvers vers 1570-vers 1619) estimée entre 12 000 et 15 000 € suivie immédiatement par un « Paysage d'hiver à la rivière gelée avec cavaliers et paysans près d'un pont », huile sur panneau de Joost de Momper (Anvers 1564-1635) attendue entre 40 000 et 60 000 €.

Hôtel d'Ainay, samedi 6 octobre à 14 h 30 - Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.Conanauction.fr

Adjugés !

Commode dauphinoise attribuable à T. Hache adjugée 14 000 € (hors frais)

Belle entrée en matière du côté de l'hôtel d'Ainay, avec le 16 septembre quelques résultats remarquables comme ces 14 000 € (hors frais) atteints par une commode dauphinoise en bois de placage indigène attribuable à Thomas Hache, initialement estimée entre 8 000 et 12 000 € ; mais aussi ces 8 500 € au marteau réalisés par une commode Régence estampillée Etienne Doirat, estimée avant la vente 2 500 / 3 500 €.

Autres belles enchères, celle à 7 200 € (hors frais) portée par un amateur sur une presse à canard en métal argenté datant de la fin du XIXe siècle pour laquelle on attendait 1 200 à 1 500 € ; ainsi que celle conclue au marteau à 5 300 € pour un vase Deruta datant du premier tiers du XVIe siècle, attendu avant la vente entre 3 000 et 5 000 €.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

Journal du 16 juillet 2022

Journal du16 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?