AccueilCollectivitésBudget 2017 : la Métropole veut toujours investir

Budget 2017 : la Métropole veut toujours investir

Budget 2017 : la Métropole veut toujours investir
Richard Brumm (à droite) et Michel Soulas

Collectivités Publié le ,

Face à une situation économique difficile et à la baisse des dotations de l’Etat, la Métropole bénéficie d'une attractivité toujours croissante, avec de nombreux projets d’entreprises et un taux de chômage inférieur de 0,8 % à la moyenne nationale. En outre, l’évolution de ses recettes fiscales et la stricte application de son chantier " marges de manœuvre ", lui autorisent à maintenir ses ambitions. « La rigueur budgétaire et la préservation de la santé financière de la collectivité doivent permettre de poursuivre la mise en œuvre du plan de mandat en investissements adopté en 2015 », affirme Richard Brumm, vice-président aux finances de la Métropole.
Sans hausse des taux de la fiscalité et avec une baisse globale des dotations de 47,7 M€, mais avec une évolution forfaitaire des bases fiscales fixée à 1 % pour 2017 et une croissance physique des bases estimée à 1,2 % sur la taxe d’habitation et 1,5 % sur les autres taxes, les recettes fiscales pourraient augmenter de 49 M€. D’autre part, en engageant « des efforts surhumains », les dépenses de fonctionnement visent une économie de 35 M€ sur l’année, soit 175 M€ sur la totalité du mandat. Ainsi, les subventions et participations de 423,2 M€ dont 139,8 M€ pour le Sytral reculent de 0,2 % et les charges générales diminuent de 0,8 % alors que l’évolution de la masse salariale de 400 M€ est circonscrite à 0 %. « Les employés qui partent en retraite sont remplacés par des plus jeunes aux salaires moins élevés, ce qui contribue au maintien des charges salariales qui augmentent naturellement de 1,5 % », explique Michel Soulas, directeur général délégué aux finances.
Avec 2,531 Md€ de recettes de fonctionnement et 2,321 Md€ de dépenses de fonctionnement, l’autofinancement serait de 209,7 M€. La dette, de 2,1 Md€, devrait, quant à elle, bénéficier d’une renégociation des taux d’emprunts et d’un refinancement aux conditions actuelles. La PPI - programmation pluriannuelle des investissements - laisse envisager 580,7 M€ d’autorisations de programmes pour de nouveaux projets prévus en 2017 et pour les opérations récurrentes de l’année. D’autre part, 521,7 M€ de crédits de paiement sont inscrits au budget prévisionnel 2017 pour la réalisation d’investissements en cours ou futurs.


Le budget de fonctionnement

Recettes : 2,531 Md€, dont fiscalité des entreprises : 655,4 M€, fiscalité des ménages : 406,8 M€, DMTO (droits de mutation), TICPE (taxe sur les produits énergétiques) et autres recettes fiscales : 733 M€, dotations : 474,3 M€,
autres recettes de gestion : 261,8 M€

Dépenses : 2,321 Md€, dont dépenses à caractère social : 727 M€, subventions et participations : 423,2 M€, dépenses de personnel : 403 ,2 M€, charges générales : 297,2 M€, reversement aux communes : 234,1 M€, dotations de compensation métropolitaine : 72,3 M€, péréquation : 72 M€, autres charges : 47,8 M€, charges financières : 44,7 M€

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?