AccueilEconomieServicesHôtel Boscolo Exedra : réouverture après 20 M€ de travaux

Hôtel Boscolo Exedra : réouverture après 20 M€ de travaux

Hôtel Boscolo Exedra : réouverture après 20 M€ de travaux
DR

EconomieServices Publié le ,

Marbre quasiment partout. Dorures revisitées pour apporter une touche de modernité. Douches… à l'italienne. Le Boscolo Exedra – Grand Hôtel Lyon 5 étoiles affirme son identité : « L'expérience italienne sera complète, estime Hugues Bartnig, directeur général de l'établissement lyonnais. Le projet architectural et sa structure ont été revisités par Angelo Boscolo lors de sa reprise en 2016 afin d'en faire un hôtel luxueux de 133 chambres sur six étages dont douze suites, avec des volumes de 30 à 50 m2. L'espace en plein centre-ville de Lyon fait partie du luxe… » Le restaurant attend son chef, italien, pour proposer une cuisine totalement dans l'esprit voulu par son propriétaire. Le bar s'attachera à faire de l'aperitivo, un moment unique à Lyon. Le grand salon de 230 m2 se veut ouvert, avec un accès à la fois par les quais et la rue Grôlée. Le spa et beauty center de 310 m2, avec une piscine 10x5 sous des voûtes de pierre, seront accessibles aux clients de l'hôtel et aux Lyonnais. Le centre de convention privatisable de 110 m2 modulables était « un incontournable pour Lyon, ville d'affaires par excellence ».

Au total, Angelo Boscolo investit 20 M€ et « a apuré le passif (NDLR : évalué à 1 M€) de l'ancienne société de gestion Grand Hôtel et Nouvel Hôtel Réunis », selon Hugues Bartnig. Les travaux sont confiés en majorité à des entreprises italiennes, partenaires du propriétaire. L'établissement emploiera près de 50 personnes et générera une trentaine d'emplois indirects pour des prestations de laverie ou de nettoyage externalisées. « Nous avons repensé notre politique RH pour, sur un secteur en tension, fidéliser nos collaborateurs, souligne le directeur général. Avec Laurent Matray, qui a lancé Fourvière Hôtel, nous formons un binôme de business developer et de spécialiste de l'hôtellerie haut de gamme. Notre objectif est de travailler sur la marque employeur pour proposer des postes différents de ceux du marché : des pleins temps, en évitant les coupures d'horaires et en favorisant la polyvalence. Le personnel est une valeur de l'entreprise. Nous souhaitons qu'il se sente bien. »

La verrière du Boscolo

Le dirigeant mise sur un taux de remplissage moyen de 69 % devant générer un chiffre d'affaires de 11 à 13 M€ par an pour une clientèle venue principalement d'Asie et du Moyen-Orient.

« Lyon franchit un gap sur les 5 étoiles »

©SP Laurent Matray, directeur de l'hôtellerie et Hugues Bartnig, directeur du développement


(Itw croisée : Hugues Bartnig, directeur du développement, et Laurent Matray, directeur de l'hôtellerie)

Pourquoi cet hôtel est-il resté fermé ?
En 2002, exploité sous la marque Concorde, il est racheté par l'opérateur de tourisme italien Boscolo. Le père et ses quatre fils envisagent un ambitieux chantier de rénovation en 2006. La crise économique de 2008 les contraint à le suspendre. L'hôtel sera exploité en 4 étoiles jusqu'en 2013, date à laquelle des divergences stratégiques au sein de la famille Boscolo apparaissent et à laquelle elle laisse de côté les difficultés lyonnaises. Le fils aîné, Angelo Boscolo, décide de repartir en solo en 2016. Il vend les 30 hôtels du groupe à un fonds d'investissements américain pour ne conserver que ceux de Lyon et de Nice.

Pourquoi avoir choisi de garder l'établissement lyonnais et de l'exploiter à nouveau ?
Quand il signe le rachat des murs en présence de Gérard Collomb en 2002, il lui affirme vouloir en faire « un des plus beaux hôtels de Lyon ». Angelo Boscolo est un homme de chiffre, certes, car il est un entrepreneur, mais aussi un homme de défis qui a choisi Lyon, et Nice, pour investir en France. Le chantier a démarré en mars 2017.

Lyon a-t-il le potentiel pour un autre 5 étoiles ?
Lyon présente un besoin et une nécessité économique de monter en gamme car la ville souffre d'un manque d'offres sur ce marché spécifique du 5 étoiles, très différent du 4 étoiles car il s'apparente vraiment au secteur et au marketing du luxe. Quand notre voisin l'Intercontinental du Grand Hôtel Dieu aura ouvert, Lyon disposera de sept 5 étoiles pour près de 700 chambres. La ville franchit un gap sur ce marché qui lui donnera une réelle visibilité.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 22 janvier 2022

Journal du22 janvier 2022

Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?