AccueilSociétéBon (ou mauvais) débarras…

Bon (ou mauvais) débarras…

Alors que des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour déplorer l’abus des emballages dans les produits achetés en grandes surfaces, les grands de ce petit pays qu’est devenue la France s’adonnent aux grands déballages : ils sont en avance, les soldes ne commencent qu’en juillet, non ? Grands déballages ? De nouveau, Liliane Bettencourt et sa fille Françoise Bettencourt-Meyers se crêpent le chignon et les juges sont une nouvelle fois appelés à la rescousse.

ActualitéSociété Publié le ,

Alors que des voix de plus en plus nombreuses s’élèvent pour déplorer l’abus des emballages dans les produits achetés en grandes surfaces, les grands de ce petit pays qu’est devenue la France s’adonnent aux grands déballages : ils sont en avance, les soldes ne commencent qu’en juillet, non ?
Grands déballages ? De nouveau, Liliane Bettencourt et sa fille Françoise Bettencourt-Meyers se crêpent le chignon et les juges sont une nouvelle fois appelés à la rescousse. Grands déballages ? Jacques Chirac, dans le tome II de ses Mémoires qui vient de paraître, s’interdit toute langue de bois à propos de son successeur à l’Elysée. Grands déballages ? C’est Luc Ferry qui évoque un ministre sans le nommer qui aurait été l’auteur de fredaines coupables au Maroc. Grands déballages ? C’est le président de l’université Paris VII qui incrimine le même Luc Ferry de ne pas assurer les cours de philosophie pour lesquels il est payé. Grands déballages ? C’est Martin Hirsh qui s’indigne que le produit de la taxe créée pour financer le RSA n’ait pas été affecté à cet usage et que l’argent pour les pauvres profite aux riches.
N’en jetez plus, la coupe est pleine. Après la sinistre affaire de New York, on croyait pouvoir se reposer un peu, mais non. C’est devenu le grand défouloir, le terme « retenue », devenu obsolète, va pouvoir être rayé du dictionnaire. Avec un résultat assuré à l’arrivée : le discrédit de l’ensemble des dirigeants et responsables de ce pays en vertu du principe d’amalgame. Le « tous pourris » de Poujade, dans les années 1950, va pouvoir reprendre du service. Le mouvement poujadiste ? Pour ceux qui ne s’en souviendrait pas, lors de la « vague » poujadiste de 1956 (56 députés UDCA à l’Assemblée nationale), un « petit jeannot » se faisait les dents, dans cette cinquantaine d’élus. Son nom ? Jean-Marie Le Pen.

DT

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?