Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Boehringer Ingelheim : la preuve par cinq

le - - Industrie

Boehringer Ingelheim : la preuve par cinq
Photo JD - Pose de la premie?re pierre de l'usine Boehringer Ingelheim à Jonage

Après Gerland, la Porte des Alpes, Lentilly et Saint-Vulbas, le groupe allemand affinera son maillage en région lyonnaise, avec l'ouverture, à l'horizon 2022, d'un nouveau site dédié à Jonage.

Le montant de l'investissement, le poids de la filière santé sur le territoire régional, la dimension symbolique de l'événement… tout était réuni pour que personne ne manque à l'appel de Boehringer Ingelheim, qui posait officiellement la première pierre de son futur centre de production stratégique en santé publique vétérinaire, vendredi 20 septembre. David Kimelfeld, Gérard Collomb, Etienne Blanc et même Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture, avaient fait le déplacement jusqu'à Jonage.

Avec ses 15 000 m2 de surface couverte et plus de 200 M€ d'investissement annoncés, la création de ce nouveau site, le cinquième pour Boehringer Ingelheim sur le bassin économique lyonnais, constitue un événement majeur pour l'industrie régionale. Les premiers travaux ont démarré et la livraison est attendue pour début 2022. « Toutes les lignes de production seront alors installées et l'usine tournera immédiatement à pleine puissance », précise Erick Lelouche, président de Boehringer Ingelheim Santé Animale France. Une centaine d'emplois qualifiés seront créés pour l'occasion.

Dédiée à la production de vaccins contre la fièvre aphteuse et la fièvre catarrhale, l'usine de Jonage sera en mesure de fournir depuis Lyon, et en quelques jours, des millions de doses pour la vaccination « en anneau » autour des foyers épidémiques. L'essentiel de la demande étant concentrée en Asie, au Moyen-Orient et en Afrique, 90 % de la production réalisée sur le site de Jonage seront destinés à l'export.

En l'espace de trois années, Boehringer Ingelheim est devenu un acteur majeur de la dynamique local. Après avoir repris Merial à Sanofi au début de l'année 2017, le deuxième acteur mondial de la santé animale a installé son siège Santé Animale France dans le bio-district de Gerland. Dans la foulée, il a investi 135 M€ sur son site de la Porte des Alpes, à Saint-Priest, pour assurer la construction d'un nouveau centre de R&D. Aujourd'hui, avec cinq sites (tertiaire, industriels et logistique) et plus de 1 500 collaborateurs, sur les 3 000 qu'il emploie dans l'Hexagone, Lyon et sa région font incontestablement figure de tête de pont stratégique pour l'industriel allemand.




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer