Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

BMW Série 1 : toujours racée et plus spacieuse

le - - Automobile

BMW Série 1 : toujours racée et plus spacieuse

Bien que BMW France n'ait pas jugé utile de nous convier à découvrir son nouveau fer de lance aux essais presse organisés dans le Vaucluse tout proche, la nouvelle Série 1 mérite bien un petit coup de projecteur, car beaucoup de choses ont changé.

Jusqu'alors dernière compacte « premium » à roues arrière motrices, la Série 1 vient de passer à la traction avant avec l'avènement de la troisième génération, dite F40 en interne, lancée depuis quelques semaines. Décision sacrilège aux yeux des indéfectibles de la marque à l'hélice, mais rationnelle sur le plan industriel, car ce nouvel opus du modèle d'accès à BMW repose désormais sur la plate-forme des dernières Mini, déjà utilisée par les Série 2 et X1.

L'avantage technique majeur qui résulte de cette architecture autorisant une implantation moteur plus avancée, et donc un capot plus court, réside dans une meilleure habitabilité. Au gabarit de sa devancière (4,31 m de long), l'arrivante libère donc davantage d'espace aux genoux aux places arrière (+ 3,3 cm). Pour sa part, la capacité du coffre gagne 20 litres, sa capacité assez correcte de 380 litres en 5 places, s'étend jusqu'à 1 200 l. banquette arrière rabattue.

Plaisamment dessinée, la troisième Série 1 du nom affiche des traits savamment imprégnés du style maison, en partie concentré sur la fameuse calandre bien agrandie, et dont les « double haricot » sont désormais collés l'un à l'autre. La silhouette 3 portes de ses devancières ayant été abandonnée dans l'affaire, la plus vendue des BMW - après le SUV X1 - n'est plus disponible à ce jour qu'en carrosserie à 5 portes.

En revanche, pas moins de cinq finitions (Lounge, Business Design, Edition Sport, Luxury et M Sport) ponctuent cette gamme d'esprit franchement « premium », et qui le montre par une gracieuse planche de bord très inspirée par celle de la routière Série 3. Mais selon la loi du genre, une foule d'options se chargent de plomber facilement un tarif déjà placé haut, à partir de 27 150 €.

En contrepartie, la nouvelle Série 1 donne accès à une technologie de pointe réservée, il y a peu, aux fabrications supérieures du constructeur bavarois. À l'instar de l'assistant de marche arrière « Auto-Reverse », qui mémorise les 50 derniers mètres parcourus pour pouvoir les refaire, seul, en sens contraire, si besoin est !

Modernité encore avec l'option BMW Digital Key, qui verrouille et déverrouille les ouvrants à partir d'un smartphone, et permet même de démarrer le moteur. De la même façon, un nouvel assistant personnel intelligent fait plus qu'instaurer un dialogue homme-machine, en apprenant les habitudes du conducteur pour mieux le servir par la suite !

Et si, toute « nue », la nouvelle berline d'accès à BMW intègre de série l'arsenal sécuritaire de son époque (alerte anticollision avec détection piétons, freinage d'urgence et avertisseur de changement de voie avec correction de trajectoire), il faut « taper plus haut » pour bénéficier des derniers développements en la matière : régulateur de vitesse actif, surveillance du trafic au passage des intersections ou affichage de l'instrumentation tête-haute.

Idem pour les raffinements de confort, comme les baguettes décoratives rétro-éclairées par six teintes au choix (une petite « première » chez BMW), l'ouverture électrique du hayon ou le toit panoramique à commande électrique.

Faisant fi de la doxa française en la matière, la nouvelle Série 1 continue à faire la part belle au diesel, avec un 3 cylindres 1,5 l. de 116 ch (la 116d) en entrée de gamme, chapeauté par un 4 cylindres 2 l. proposé en 150 ch (118d) et 190 ch pour la 120d, pourvue aussi de série d'une transmission intégrale xDrive. En essence, un autre 3 cylindres 1,5 l. de 140 ch anime la 118i (à partir de 27 300 €), alors que le 4 cylindres 2 l., avec 306 ch, auréole la version de pointe M135i xDrive à transmission intégrale, qui culmine à 54 500 €. Signe des temps, le 6 cylindres, qui animait naguère rituellement la version la plus sportive, est également passé à la trappe. Boîtes manuelles 6 vitesses ou automatiques Steptronic à 7 ou 8 rapports sont également au programme, alors que tous les propulseurs répondent à la nouvelle norme la plus drastique Euro 6d-TEMP (hormis le 116d, simplement Euro 6d).

Pour sauvegarder la sportivité attendue de la Série 1, un système de limitation de patinage ARB, étrenné par la i3s tout électrique et installé de série, améliore la traction tout en jugulant le sous-virage, par un contrôle plus précis et plus rapide de la motricité.




Philippe DALASSIO
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer