Jésuite

.

Economie Publié le ,

Il est loin le temps où il était interdit d’interdire. Le retour en grâce des valeurs conservatrices accompagne la montée des peurs face à l’avenir. Interdit rouler trop vite, de faire du bruit, de manger, de boire, de fumer, d’aller au bordel. A côté de cela, les dirigeants économiques n’ont aucun état d’âme à mettre en pièces le contrat social et à renier les valeurs du capitalisme libéral tel que l’avait imaginé Tocqueville. Ecran de fumée à un désordre économique, qui a mis les pays d’Europe du Sud à genoux et qui sacrifie la planète sur l’autel du profit à court terme, l’ordre moral devient le nouveau cheval de bataille des puissants qui lui lâchent la bride à tout propos. Il fait la course en tête aux primaires américaines, nourrit l’ogre législatif en Europe et alimente les phobies populaires. Si encore les dirigeants donnaient l’exemple. Mais non. L’actualité nous le rappelle régulièrement. Tout comme elle nous rappelle la permanence du « Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ! »


Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?