AccueilCultureSpectacle vivantBiennale de la danse : tous azimuts !

Biennale de la danse : tous azimuts !

Biennale de la danse : tous azimuts !
Pièce pour 14 danseurs 1h15 + entracte

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Dans dix jours, c'est le coup d'envoi de la 18ème biennale de la danse. Comme d'habitude, un florilège d'esthétiques et d'univers attend les spectatrices et spectateurs curieux. Jugez plutôt : 42 compagnies invitées, venues de 12 pays différents, 375 artistes sur scène sans compter ceux et celles du Défilé, 43 villes de la région impliquées. Les chiffres parlent d'eux-même. D'autant qu'elle est revenue au format de 19 jours, qu'elle s'étend et rebondit de plus en plus sur le territoire, jouant les prolongations dans le Puy-de-Dôme et la Loire.

Ainsi la fidèle des fidèles, Maguy Marin, présente sa toute nouvelle création dès l'ouverture tandis que le Ballet de l'Opéra s'offre également une recréation avec la compagnie Peeping Tom. Deux probables pépites à ne louper sous aucun prétexte. La suite est à l'avenant avec l'hommage au grand Merce Cunningham du CNDC d'Angers, la dernière pièce de Yuval Pick, Acta est fabula, Brother de Marco da Silva Ferreira, dont on avait découvert le travail aux Subsistances avec Hu(r)man,une de ses pièces précédentes. On attend aussi avec une impatience non dissimulée On traversera le pont une fois rendus à la rivière, la pièce de l'Amicale de production qui devait voir le jour lors de l'édition précédente et celle de Euripides Laskaridis, la nouvelle sensation grecque, Titans, créée l'été dernier à Athènes. Tout comme la prochaine création de Alessandro Sciarroni, plasticien performeur qui avait bouleversé le public il y a deux ans avec TURNING_motion sickness version, ou celle de Fabrice Lambert, artiste associé de la Comédie de Clermont-Ferrand. Sans oublier celles de Yoann Bourgeois et Michel Reilhac, Fugue VR, un « jeu de vertige existentiel » en réalité virtuelle et Histoires naturelles, 24 tentatives d'approches d'un point de suspension au musée Guimet.

Biennale de la danse, 11 au 30 septembre, www.biennaledeladanse.com

La biennale donne l'occasion de découvrir la danse, même à ceux et celles qui ne vont pas dans les salles de spectacle. Évidmment, il y a le Défilé, le« rituel d'agglomération » qu'on ne présente plus, mais cette année aussi il y a les journées du patrimoine et le festival gratuit Kiosk-Station Mue, les premières le 1er week-end, le second le dernier. Ainsi, Yuval Pick présente le projet Passerelles qu'il a mené avec de jeunes rilliards et de jeunes israéliens juifs, musulmans et chrétiens tandis que Oona Doherty propose un extrait de la création qu'elle présente à la biennale et Anne Martin rend un hommage personnel à Pina Bausch, pour laquelle elle a dansé de nombreuses années.

JEP, 15 et 16 septembre.

Kiosk-Station mue, 29 septembre au 6 octobre.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?