AccueilEconomieBien-être en entreprise, responsabilité écologique : le groupe dromois Cheval veut encore progresser

Bien-être en entreprise, responsabilité écologique : le groupe dromois Cheval veut encore progresser

Le groupe drômois de 650 salariés est la première société française de travaux publics à avoir adopté le statut d'entreprise à mission. Bien-être des salariés, enjeux écologiques, son président Jean-Pierre Cheval explique ses motivations.
Bien-être en entreprise, responsabilité écologique : le groupe dromois Cheval veut encore progresser
DR

Economie Publié le ,

Le groupe drômois Cheval (650 salariés) est la première société française de travaux publics à avoir adopté le statut d'entreprise à mission. Son président Jean-Pierre Cheval explique ses motivations. "Nous avons toujours été soucieux de nos pratiques envers nos collaborateurs, l'environnement et la société. Ça fait partie des valeurs et de l'ADN du groupe. Devenir entreprise à mission s'inscrit dans une continuité en nous permettant de formuler et de formaliser précisément des engagements RSE que nous avons pris depuis longtemps", expose Jean-Pierre Cheval.

Le groupe de TP favorise l'intégration des jeunes par l'alternance, développe la formation et la promotion interne, mène une politique de rémunération juste et motivante… "Ces engagements contribuent à un climat social apaisé et participent au dialogue. Notre volonté est de progresser encore", fait valoir le président.

"De vrais enjeux écologiques dans nos métiers"

Si les salariés figurent au premier plan des engagements du groupe, l'environnement et la société ne sont pas oubliés. "Il y a de vrais enjeux écologiques dans nos métiers. C'est pourquoi nous travaillons à minimiser nos impacts grâce à notre filiale Valorsol, dédiée au recyclage des déchets de chantier, ou en limitant nos emprises chantier pour préserver la biodiversité", illustre Jean-Pierre Cheval.

En direction des citoyens, le président dit "vouloir rendre au territoire ce qu'il a apporté au groupe" par le soutien aux associations sportives et culturelles, le choix de fournisseurs locaux ou l'accueil de scolaires pour des visites de chantier. Le patron explique avoir fait le choix de devenir entreprise à mission par conviction profonde.

"Envie de casser les stéréotypes sur les entreprises"

"C'est une manière de montrer que l'entreprise est un lieu de vie, de lien social, d'épanouissement personnel. J'ai envie de réconcilier le grand public et l'entreprise en cassant les stéréotypes. Le but de l'entreprise est de créer de la richesse financière et humaine à partager", défend-il.

Aux esprits chagrins qui pensent avoir déjà tout fait, le président rétorque qu'il faut "toujours se remettre en cause pour évoluer" et qu'il y a "toujours moyen de faire mieux". Jean-Pierre Cheval espère, qu'à terme, l'entreprise à mission sera un élément différenciant mis en avant par la commande publique. "La réglementation peut impulser le changement et amener les entreprises à être plus vertueuses", conclut-il.


Notre dossier "entreprise à mission"

Mode d'emploi avec Julie Thomas, avocate à Lyon

Lire aussi l'analyse du spécialiste lyonnais Pierre-Yves Gomez

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?