Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Expo à la galerie pallade : Ben, le magicien des mots

le - - Exposition

Expo à la galerie pallade : Ben, le magicien des mots

La galerie lyonnaise Anne-Marie et Roland Pallade consacre une exposition importante au peintre français d'origine suisse, BEN, dont le parcours hors normes bouscule les aprioris en s'interrogeant sur les grands problèmes de l'homme et de notre société. Il joue avec le langage, les textes et les mots, toujours avec humour et un brin d'ironie, car pour lui « écrire c'est peindre les mots » et c'est aussi peindre l'invisible.

Il s'appelle Benjamin Vautier, dit Ben (1935) et il occupe depuis les années 60 la scène artistique internationale. Sans se laisser enfermer dans une esthétique, il est attentif à toutes les formes de diversité. Peintre conceptuel et visionnaire, il suit les évolutions du monde en analysant toutes les questions qui le préoccupent : le monde devient alors son atelier ! Pour lui il n'y a pas de barrière entre l'art et la vie car il fait de la vie un art en s'appropriant ce qui l'entoure, en abolissant les conventions et en associant l'art avec la société : « Tout est art, le monde est art, comme les terrains vagues ou les taches », dit-il. Positionné dans l'actualité du moment, il séduit son public par ses provocations, son immense créativité et ses visions prophétiques. Son œuvre s'articule autour de grands thèmes comme l'ego, le doute, la mort, le sexe, la nouveauté, l'argent, l'imbécillité… Les uns conjurant les autres. Ben étonne, scandalise et provoque en sublimant ce qui est ordinaire et « ses mots sont nos images ».

L'exposition présente une trentaine de ses œuvres réalisées entre 1989 et 2017. Elles sont réunies autour de l'œuvre marquante qui donne son titre à l'exposition : Laissez-moi respirer qui est présentée face à l'entrée de la galerie. Autant dire « Lâchez-moi les baskets », ce que pensent tous ceux qui, comme Ben, refusent d'être enfermés dans des limites ou dans des règles quelles qu'elles soient. Les oeuvres dialoguent entre elles, les mots se moquant des peintures comme les peintures et les collages fantaisistes frôlant l'absurdité des mots. Sur le mur gauche de la salle on voit une série de tableaux carrés noirs, jaune et rouges sur lesquels sont peints des phrases : J'attends – Tout est étrange – me taire. Sur le côté droit des petits tableaux entourent une œuvre de grand format réalisée par l'artiste en hommage à Spoerri : sur un vieux tapis un grand cerf trône au milieu d'un bric à brac d'objets hétéroclites. A côté deux vieilles chaussures collées sur un panneau de bois (J'avais pas envie de la jeter - 2011) ; un portrait d'homme dont les yeux sont une brosse (Je vais chanter le blues du mec perdu à Lyon -1992) ; Les trois têtes de nœud – 2016 ; L'artiste il avait cinq nez – 1996…

Une œuvre riche, une exposition intéressante d'un peintre reconnu mondialement comme l'un des artistes majeurs de notre époque. Plasticien, poète et « clown philosophe » il veut apporter sa vérité subjective au monde en se montrant tel qu'il est. A plus de 80 ans, Ben cherche toujours car il doute, ne trouvant pas de réponses satisfaisantes aux vraies questions qu'il se pose sur la vie, la mort, sur l'art et sur le monde. Allez vite voir cette exposition importante car Ben présente rarement ses œuvres dans les galeries.

Jusqu'au 12 mai, galerie Pallade




Brigitte ROUSSEY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide