AccueilSociétéBeaujolais - L’Inter-profession se dote d’un « pôle de dégustation sensorielle »

Beaujolais - L’Inter-profession se dote d’un « pôle de dégustation sensorielle »

Au siège d’Inter-Beaujolais, un nouvel outil vient d’être mis en service.

ActualitéSociété Publié le ,

Et on en est fier. C’est un espace dédié à la dégustation que l’on a imaginé comme un modèle pour tous les vignobles de France. Au 210 du boulevard Vermorel à Villefranche, quelques dizaines de m² qui n’avaient plus d’utilité ont ainsi été transformés en deux salles de dégustation. Une première salle, assez petite, éclairée par la lumière naturelle, décorée aux couleurs du vignoble et agrémentée de quelques beaux tonneaux de la maison Dargaud & Jaeglé (Romanèche- Thorins), est dédiée à la presse spécialisée. Trois postes en demi cercles, équipés de crachoirs, attendent des journalistes du monde entier venus pour des dégustations. Une belle vitrine qui cache, en retrait, une salle « logistique », témoin de beaucoup d’agitation. « Une dégustation, c’est souvent 600 échantillons en deux exemplaires, soit 1 200 bouteilles. Il faut beaucoup de place, commente Jean Bourgeade, le dynamique délégué général de l’Inter. Et au-delà de la surface, cela demande beaucoup de travail car il faut préparer les vins à la bonne température, mettre les chaussettes sur les bouteilles… Au final, une dégustation demande un à deux jours de travail à temps complet pour deux personnes ! »
Quelques mètres plus loin, c’est une salle de 20 postes que l’on découvre. Celle-ci n’est pas décorée mais elle est équipée de 20 ordinateurs sur lesquels sont installés un logiciel spécifique de dégustation implanté par la Sicarex, l’organisme de recherche de l’inter-profession. Et c’est surtout sur cet aspect qu’Inter Beaujolais espère marquer des points côté crédibilité. Dans cette salle, des dégustations seront effectuées pour des caractérisations de vins et pour des tests consommateurs. Les travaux ont coûté 180 000 € subventionnés à 30 % par la Région Rhône-Alpes. L’Inter utilisera ce pôle de dégustation pour lui-même mais pourrait le prêter à des Bourguignons, des Savoyards ou des Jurassiens puisque des échanges existent entres ces vignobles. Des échanges parfois informels. Parfois beaucoup plus sérieux puisque la Sicarex est mandatée par exemple pour mener des études par le vignoble savoyard sur les cépages communs que sont le Gamay et le Chardonnay. Des études communes existent également avec la Bourgogne sur le Chardonnay.
Ces nouvelles salles apporteront un vrai changement. Jusque-là, les dégustations étaient effectuées à la Maison des Beaujolais à Belleville (propriété de la profession, qui va bientôt céder le fonds de commerce), dans une salle dédiée en sous-sol. « Pas de lumière, pas d’ordinateurs, les odeurs et le bruit du restaurant, cette salle n’était plus du tout adaptée », explique Valérie Lempereur, ingénieur-oenologue à la Sicarex. Désormais, plus besoin de se déplacer une fois par semaine à Belleville. Le nouvel équipement est d’ores et déjà fonctionnel. Et il a été inauguré lundi 23 janvier par les gens de la profession et les élus locaux.

Alban Razia

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?