AccueilActualitéEdito-Bataille commerciale

Edito-Bataille commerciale

.

Actualité Publié le ,

Défendre ses intérêts, la cause est louable, juste. Elle l'est beaucoup moins quand ladite défense remet en question les intérêts d'autrui. Le mouvement des gilets jaunes, nonobstant la légitimité de « certaines » revendications qui noircissent les miscellanées ouvertes en mairies, a un impact défavorable sur l'activité économique. Les multiples manifestations, à l'instar d'actions plus virulentes de casse ou de blocage, fragilisent au premier chef les petits commerces de centre-ville. La fréquentation de ces enseignes indépendantes s'effondre. Avec pour corollaire, un recul significatif du chiffre d'affaires, oscillant entre 20 %, pour les mieux lotis, et 70 % pour les plus touchés. Les recettes des samedis se réduisent comme peau de chagrin. Partout les mêmes remarques attristées, les mêmes constats alarmants, les mêmes inquiétudes, résumés en une antienne anxiogène : « Les gens n'achètent plus ». La morosité gagne du terrain chez des commerçants inquiets du devenir de leur emploi et de celui de leurs salariés.

Décidée à soutenir ces victimes économiques des manifestations des gilets jaunes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a débloqué une enveloppe exceptionnelle, en deux volets : une aide directe de 2 M€, destinée au financement de travaux de réfection des locaux et vitrines vandalisés, et un dispositif de prêt à taux zéro, cautionné par la Région, d'un montant de 6 M€, ciblant les commerçants et TPE artisanales ayant subi au cours des trois derniers mois une baisse de leur chiffre d'affaires en comparaison à la même période de l'exercice précédent. S'il se paie un joli coup de com', Laurent Wauquiez martèle encore davantage son soutien aux commerçants, qui affichent des « trésoreries exsangues. Il y a urgence. Le gouvernement doit annuler les charges sociales et fiscales qui pèsent sur ces petits entrepreneurs. Il faut leur redonner de l'oxygène ». L'initiative de la collectivité territoriale n'est pas un acte isolé, de nombreuses municipalités étudient actuellement ou pour certaines finalisent des plans d'aides.

Conscientes des enjeux, en termes d'activité économique et d'emploi, la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne, l'Union des commerçants de proximité et les chambres d'artisanat se rangent aux côtés de la Région. Président de la chambre consulaire, Emmanuel Imberton, dans une supplique aux accents d'objurgation, réclame de la préfecture l'interdiction des manifestations en Presqu'île lyonnaise, « pour permettre aux commerçants de respirer ».

L'analyse de conjoncture semestrielle de la CCI Auvergne-Rhône-Alpes met l'accent également sur les répercussions du mouvement des gilets jaunes. Une statistique marque les esprits : 30 % des TPE-PME annoncent une chute significative de leur chiffre d'affaires en décembre suite aux perturbations sociales ! Moult d'entre elles arguent d'une dégradation de leur trésorerie et envisagent de revoir plus modestement leurs investissements futurs. Cependant, le paramètre le plus inquiétant concerne la forte chute de confiance des entrepreneurs dans la situation économique générale, illustrée par les difficultés de recrutement, le manque de vigueur de l'activité et le climat social pesant. Mais la confiance ne se décrète pas, elle se construit…

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?