AccueilEnchères" Bacchus et deux nymphes " à Villefranche-sur-Saône

" Bacchus et deux nymphes " à Villefranche-sur-Saône

D.R.

CultureEnchères Publié le ,

Quelle meilleure place que les portes du Beaujolais pour présenter le 20 février Bacchus et deux nymphes, superbe épreuve en terre cuite patinée haute de 86 cm. Travail d'Albert-Ernest Carrier-Belleuse (1824-1887), qui fut sur la fin de sa vie directeur des travaux d'art de la Manufacture de Sèvres, ce Bacchus entouré de ces deux nymphes est emblématique du style de cet artiste influencé par la Renaissance italienne et l'art du XVIIIe siècle en général.

Installé à Paris rue de la Tour d'Auvergne, A.-E. Carrier-Belleuse est l'un des artistes les plus prolifiques du XIXe siècle. Réalisées en bronze, en marbre et donc en terre-cuite, ses œuvres sous forme de statues mais également de candélabres, pendules et autres garnitures de cheminée ont intégré tous les grands intérieurs bourgeois du XIXe et même celui de Napoléon III. Bien signé sur la terrasse, ce Bacchus et deux nymphes est estimé entre 5 000 et 6 000 €.

Autre pièce remarquable présente au catalogue, cette aquarelle sur papier d'Adrien Jean Le Mayeur de Merpres (1880-1958), peintre belge dont la particularité est d'avoir sur la fin de sa vie travaillé et vécu à Bali. Sa maison qu'il partageait avec Ni Pollok, son épouse et modèle, est d'ailleurs entièrement conservée dans son état d'origine et est devenue le Mayeur Museum de Bali, un musée très visité dans lequel les touristes peuvent aussi bien contempler près d'une centaine de ses œuvres que sa collection d'art balinais traditionnel.

Kashiniz, jeune fille sur une barque, l'œuvre peinte proposée le 20 février par Maître Richard, est cependant antérieure à son arrivée sur cette île de la Sonde qu'il découvre dès 1932. Signée en bas à gauche et datée de 1921, cette aquarelle de dimensions 42 x 55 cm est attendue entre 10 000 et 12 000 €, la cote de cet artiste traversant le temps et les modes toujours sur le sommet de la vague. Beaucoup moins exotique, on retient également plus loin au catalogue un important paysage de neige bar Boris Bessonof (1862-1934).

Bronze pour clore ce survol avec Le Vent, une épreuve en bronze patiné de Kelety en tirage original portant le numéro 8 et de dimensions 45 x 55 cm pour laquelle il faudra engager 4 000 à 5 000 €. A noter enfin, car ce n'est pas si commun en vente, un important ensemble d'art religieux comprenant des sculptures, de l'orfèvrerie, des figures en cire et des textiles. Si ce marché était jusque là plutôt confidentiel, on remarque de plus en plus d'acquéreurs en salle ou en ligne, notamment depuis les Etats-Unis et l'Europe de l'Est.

Hôtel des Ventes de Villefranche-sur-Saône, Maître Gérald Richard, samedi 20 février à 14 h 30, catalogue complet et horaires d'expositions sur www.guillaumot-richard.com.

Adjugés !

Ca roule pour Maître Gérald Richard, ça roule même très bien aux vues des résultats atteints lors de la dernière vente de petites voitures de collection, le samedi 16 janvier à Villefranche-sur-Saône. Si les modèles par Dinky Toys conservent aussi bien leur public d'amateurs que des cotes stables, la surprise est venue de la marque Solido, et plus exactement de Dalia Solido soit la branche espagnole de la marque. Estimée entre 15 et 20 €, une Alfa Roméo 260 à l'échelle 1/43 en très bon état dans sa boîte d'origine s'est envolée à 365 €, tandis qu'une Maserati Rallye de la même marque estimée entre 10 et 20 € a fait littéralement exploser le compteur pour être remportée sur la ligne d'arrivée à 520 € par un acheteur sur Internet.

Dans la même vente étaient également proposés des poupées et jouets anciens. Au marteau, on note les 4 500 € réalisés par une poupée mode parisienne à tête en porcelaine bouche fermée et corps en cuir, tandis qu'une classique poupée Jumeau N° 10 dans boîte d'origine trouvait preneur à 2 150 €.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?