Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Axandus duplique son modèle à l'ouest

le - - Entreprise de la semaine

Axandus duplique son modèle à l'ouest
Photo DR - Equipe des permenants Axandus

Trois ans après sa création à Beynost, l'accélérateur de start-up industrielles Axandus passe à la vitesse supérieure, avec la signature d'un partenariat qui débouche sur la duplication de son modèle dans l'ouest de la France.

Né il y a trois ans à l'initiative de la famille Thollin, propriétaire du groupe EFI Automotive, le premier accélérateur de start-up industrielles de l'Hexagone a déjà fait la preuve de son efficacité. Baptisé Axandus et hébergé à Beynost, sur le site de l'équipementier automobile, il a accompagné 40 jeunes entreprises et PME innovantes, qui ont généré 14 créations d'emplois durant cette courte période. « Par ailleurs, plus de 50 emplois sont en projets », ajoute Jean-Baptiste Yvon, directeur d'Axandus.

Cette réussite, saluée par de nombreux acteurs industriels, vient de déboucher sur la signature d'un partenariat réunissant EFI Automotive et la société nantaise Sercel, qui entend développer le concept Axandus sur le territoire du Grand Ouest. Leader mondial des équipements destinés à l'imagerie du sous-sol, Sercel (1 500 personnes dans 9 pays) accueille depuis septembre la seconde plate-forme Axandus sur son site de Carquefou. « Cet accord nous permet d'étendre notre action et de donner un élan supplémentaire au Made in France industriel », se réjouit Patrick Thollin, président du Groupe EFI Automotive.

Dans la région nantaise comme dans la capitale des Gaules, Axandus se propose d'accueillir les jeunes entreprises innovantes et de mettre à leur disposition ses compétences et ses moyens en conception, prototypage, test et industrialisation. Une opportunité d'ores et déjà mise à profit par les initiateurs de deux projets : Weenat (outil d'aide à la décision destiné aux agriculteurs) et AIF (son produit baptisé Book&Plug développe un réseau de bornes électriques réservables à distance).

« Nous avons la même logique et les mêmes valeurs qu'EFI Automotive, assure Jean-Cédric Prouvost, Vice-Président Stratégie et Diversification chez Sercel. Nous visons les secteurs du transport, de l'automobile, de l'énergie, des smart cities, de l'environnement, de la robotique ou encore du monitoring. Avec le support de l'équipe Axandus, composée de 5 personnes sur notre site industriel, Sercel ouvre ses portes à l'ensemble de la communauté entrepreneuriale du Grand Ouest. »

Fort de cette première diversification géographique, Axandus regarde maintenant ostensiblement vers le nord. « Il y a une logique régionale dans notre démarche, confirme Jean-Baptiste Yvon. Sercel travaille de Brest à Bordeaux et nous prenons en charge actuellement tout le reste du territoire. Mais à l'avenir il serait bon que nous puissions nous appuyer sur d'autres partenaires, notamment dans le nord-est. Nous aimerions trouver une ETI d'accord pour utiliser ce principe en Alsace, voire en Allemagne, car la proximité est essentielle pour les entreprises innovantes aux côtés desquelles nous intervenons. »

Jean-Baptiste Yvon : « Un modèle dans l'esprit de l'industrialisation »

Directeur général d'Axandus

Comment résumer le modèle Axandus en quelques mots ?

Nous mobilisons 10 personnes en permanence et des moyens importants : des experts, des ingénieurs, des moyens d'essai… Mais derrière cette petite équipe dédiée, il y a toute la puissance de la structure EFI Automotive, tous les laboratoires. C'est une équipe qui a de l'expérience et qui est très réactive, très agile, pour que les start-up soient accompagnées au moment où elles en ont le plus besoin, c'est-à-dire quand elles doivent produire, acheter, trouver des solutions robustes... Nous intervenons en fait au moment où elles risquent d'être bloquées dans leur croissance.

Est-ce la solution idéale pour redynamiser l'industrie française ?

L'idée que des ETI aident les entreprises innovantes à grandir, qu'elles soient start-up ou PME, me semble en tout cas dans l'esprit de l'industrialisation. Car il n'y a aucune arrière-pensée dans notre démarche. Il ne s'agit pas d'acheter des idées innovantes, mais d'aider au développement de l'industrie française

D'autres industriels se retrouvent dans votre action ?

Oui, il y a en quelque sorte une communauté Axandus. Des industriels, qui nous accompagnent de différentes façons. Somfy, par exemple, envisageait de créer un accélérateur il y a un an. Comme nous avions de l'avance sur eux, ils ont choisi de travailler avec nous plutôt que de développer leur propre accélérateur. Aujourd'hui, Somfy nous apporte une contribution financière, pour que l'on accélère des start-up intervenant dans le domaine de la domotique. Ils identifient les projets et les orientent vers nous, pour qu'elles valident leur preuve de concept, valident leur marché, commencent à livrer des produits…




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer