AccueilEconomieServicesAuvergne-Rhône-Alpes : un nombre de défaillances d’entreprises historiquement bas en 2021

Auvergne-Rhône-Alpes : un nombre de défaillances d’entreprises historiquement bas en 2021

Une étude Altares révèle que 3 022 entreprises ont été placées en redressement ou en liquidation judiciaire en 2021 dans la région. Le niveau de défaillances recule donc de plus de 12 % après une baisse de 42 % en 2020.
Auvergne-Rhône-Alpes : un nombre de défaillances d’entreprises historiquement bas en 2021
DR - Tous les départements profitent de cette nouvelle baisse des défaillances d'entreprises en 2021.

EconomieServices Publié le ,

"Les défaillances ont légèrement dépassé les 3 000 entreprises l’an dernier dans la région, soit deux fois moins qu’en 2019. C’est tout à fait spectaculaire compte tenu des craintes au début de la crise sanitaire. A titre de comparaison, dans la période récente, la crise de la dette budgétaire en Europe avait conduit à un pic de défaillances de 7 600 entreprises en 2013", analyseThierry Millon, le directeur des études d’Altares

Il confirme que le scénario catastrophe a été évité grâce à l’accompagnement des acteurs publics. Le fonds de solidarité, l’activité partielle et le report des cotisations Urssaf ont maintenu à flot les entreprises et contribué à sauvegarder les emplois.

Défaillances : le gros œuvre et l’immobilier moins bien lotis

En 2021, le recul des défaillances d’entreprises s’affiche à -12,3 % et permet à la région de surperformer le recul national de -11,8 %. "Pas un département d’Auvergne-Rhône-Alpes n’est dans le rouge même si certains ont de meilleurs résultats", met en exergue Thierry Millon. La palme de la baisse la plus forte revient au Cantal où seulement 32 défaillances ont été enregistrées (-40,7 %) tandis que c’est dans la Drôme que le retrait est le moins fort (-4,8 %) avec 197 défaillances.

"Dans le Rhône, nous dénombrons 872 défaillances, soit une baisse de -8,1 %, alors qu’il y avait plus de 1 500 redressements ou liquidations judiciaires dans le département en 2019 ", compare l’expert qui rappelle que 94 % des défaillances concernent des TPE.

Cette embellie profite à tous les secteurs ou presque.

"Il y a peu d’activités en souffrance même s’il faut noter que l’élevage, le gros œuvre, l’immobilier, le commerce et la réparation de véhicules sont davantage en difficulté", commente Thierry Millon.

Dans les secteurs les plus soutenus, le recul des défaillances est impressionnant avec par exemple -48,9 % dans la restauration et -35,6 % pour les coiffeurs et instituts de beauté.

Entre 3 500 et 4 000 défaillances anticipées en 2022

"La mécanique a consisté à vouloir sauver le plus grand nombre et à distribuer les aides aveuglément y compris aux entreprises déjà en difficulté avant la Covid. Le retour à la normale avec le remboursement des PGE et des cotisations reportées pourraient entraîner des problèmes de liquidités et de solvabilité", explique l’expert qui, soulignant aussi le poids de la perte de pouvoir d’achat des ménages, anticipe une remontée des défauts entre 3 500 et 4 000 entreprises.

La prévention jouera donc un rôle clé cette année et c’est une raison d’espérer car Aura est championne de France des procédures de sauvegarde grâce notamment à la qualité de l’écosystème.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 mai 2022

Journal du28 mai 2022

Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?