AccueilEconomieAuvergne-Rhône-Alpes, place forte du numérique

Auvergne-Rhône-Alpes, place forte du numérique

Auvergne-Rhône-Alpes, place forte du numérique
Les acteurs du numérique réunis au Digital Summer

Economie Publié le ,

Lire aussi

http://le-tout-lyon.fr/clust-r-numerique-le-nouveau-poids-lourd-du-numerique-europeen-6527.html

Le président de la Région, Laurent Wauquiez, a de grandes ambitions pour le numérique en Auvergne-Rhône-Alpes. Il veut en faire « la Silicon Valley européenne ». Mais avant de pouvoir se comparer au géant américain, la région doit déjà se faire une place parmi les premières filières numériques européennes.

Avec l'arrivée de l'Auvergne, la filière régionale se renforce, bouclant ainsi quelques compétences qui n'étaient pas encore développées, comme les questions du numérique dans l'agriculture et dans la mobilité. Un apport que les acteurs interrogés décrivent comme positif. « Dans un mariage, tous les acteurs font en sorte que cela fonctionne », résume Benoit Membré, directeur du Bivouac, une structure d'accompagnement des start-up de Clermont-Ferrand. Auvergne-Rhône-Alpes se positionne désormais comme la seconde région française en la matière, très loin derrière l'Île-de-France et ses 263 314 emplois.

Offre complète, attractivité territoriale - ses effectifs ont grossi trois fois plus vite, entre 2010 et 2014, que ceux de la première région française -, qualité de vie et de la recherche, immobilier abordable : autant d'atouts qui ne suffisent pas à convaincre. Notre région ne parvient pas à attirer les projets d'investissement étrangers, se classant en 17e position des villes et régions d'Europe, derrière le Grand Londres, l'Île-de-France ou Dublin. « Nous devons encore travailler la question de l'export et de l'attractivité », résume Thierry Alvergnat, directeur du Cluster'Numerique.

Autres difficultés de la filière : le recrutement en nombre suffisant des compétences nécessaires à son développement. Là encore, l'arrivée de l'Auvergne a joué un rôle important en soulageant un peu le marché. « Quand nous nous sommes lancés, nous sommes allés chercher la ressource en Auvergne. Nous avions besoin de développeurs, mais à Lyon, ils sont tous captés par les grandes entreprises. C'était compliqué de sortir du lot, de nous aligner avec les salaires pratiqués, alors que là-bas il y a encore quelques possibilités de recrutement de jeunes », témoigne Olivier Figon, directeur général de Oorace, plateforme de services digitaux multicanaux, dont le siège est à Clermont-Ferrand et le centre de recherche à Lyon.

Un apport important mais pas suffisant. 45 % des entreprises interrogées, selon l'Observatoire du numérique EY/Clust'R Numérique 2016, estiment qu'elles disposent de postes non pourvus, dont 57 % de développeurs informatiques. Loin de l'attractivité californienne.

En chiffres

Auvergne-Rhône-Alpes compte 2 715 établissements du numérique, dont 54,3 % concentrés sur le département du Rhône. Le solde se répartit en Isère (629 établissements), en Haute-Savoie (230 établissements), dans la Loire (204 établissements) et dans le Puy-de-Dôme (178 établissements). La filière emploie 51 723 personnes, dont 61,9 % dans le Rhône.

Label et réseaux thématiques French Tech

Auvergne-Rhône-Alpes compte deux structures labellisées FrenchTech : l'association LyonFrenchTech et l'alliance FrenchTech in the Alps (Grenoble, Annecy, Chambéry, Valence-Romans). Renouvelé pour deux ans par le ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, ce label « confirme que le travail de structuration locale au sein de chaque Métropole a mobilisé de nombreux acteurs et a suscité un engouement de plus en plus fort », selon ce même ministère.
À ces deux têtes de pont s'ajoutent des réseaux thématiques French Tech, en lien avec les territoires. Attribué à Lyon et Grenoble en complément de leurs activités principales, le label a été décerné à FrenchTechSaint-Etienne, pour son réseau thématique IOTManufacturing (Internet des objets, objets connectés, hardware, impression 3D, robots, drones) et à ClermontAuvergne, pour son réseau CleanTechMobility (environnement, transports intelligent, véhicule autonome, ville durable…).

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?