AccueilActualitéAudrey Ellouk Barda : "Egalité professionnelle hommes-femmes, entre plafond de verre et plancher collant"

Audrey Ellouk Barda : "Egalité professionnelle hommes-femmes, entre plafond de verre et plancher collant"

La déléguée générale de la formation égalité professionnelle du Haut conseil à l’égalité (HCE) analyse la situation de l’égalité professionnelle.
Audrey Ellouk Barda : "Egalité professionnelle hommes-femmes, entre plafond de verre et plancher collant"
© Benjamin Barda - Audrey Ellouk Barda.

Actualité Publié le ,

Dix ans après, quel bilan tirez-vous de la loi Copé-Zimmermann ?

Il est positif mais contrasté. En 2009, les femmes représentaient 10 % des sièges dans les grandes entreprises du CAC 40, aujourd’hui nous sommes autour 44 %. Un résultat à demi-teinte car dans des entreprises plus petites on tombe à 34 %, voire 24 %.

Cette loi n’a pas eu l’effet de ruissellement escompté sur les instances dirigeantes, les femmes sont largement exclues des Comex, des Codir et des postes de cadres dirigeants. Le plafond de verre n’a pas cédé. Ce qui explique l’adoption de la loi Rixain, même s’il était souhaitable que le seuil de plus de 1 000 salariés pour les entreprises soumises à l’obligation soit abaissé.

2 % des entreprises ont obtenu 100 points à l’index, cela signifie-t-il qu’elles ont atteint l’égalité professionnelle ?

Il faut porter un regard critique sur cet index et s’interroger sur les cinq indicateurs : permettent-ils de traquer toutes les inégalités ? Avec trois ans de recul, on voit apparaitre leurs limites et des pistes d’améliorations.

Ces indicateurs se basent sur les équivalents temps plein et invisibilisent les salariées en temps partiel, subi ou choisi pour cause de charge familiale. L’index ne compare que des emplois de même catégorie. L’indicateur de l’augmentation de la rémunération n’indique pas le montant mais le nombre de femmes et d’hommes augmentés de la même façon.

Quels freins restent à lever ?

Les obstacles résident dans la persistance des stéréotypes de genres et la prégnance des rôles sociaux qui freinent les femmes dans leur déroulement de carrière. Le manque de mixité des métiers est très caractéristique en France, il faut agir en amont dès l’orientation scolaire.

Mais l’objectif de briser le plafond de verre, ne doit pas faire oublier le « plancher collant » ou la problématique des femmes dans les métiers précaires, et sans perspective d’évolution.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?