Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Aubusson, Jean Couty et Félix Ziem à l'hôtel d'Ainay

le - - Enchères

Aubusson, Jean Couty et Félix Ziem à l'hôtel d'Ainay
" Scène nocturne à Venise ", huile sur toile de Félix Ziem estimée 8 000 / 12 000 EUR

Pas moins de trois ventes sont programmées les 10, 11 et 13 mars par la maison Conan. Aux catalogues : de l'argenterie, des tableaux anciens et modernes, une superbe tapisserie d'Aubusson et des bijoux pour clore cette trilogie.

A décor d'Enée et Achate se présentant à Didon, cette grande tapisserie polychrome d'Aubusson est donnée d'après Isaac Moillon (1614-1673). De dimensions 310 x 350 cm, ce superbe travail datant du XVIIe siècle est estimé entre 3 000 et 4 500 € malgré quelques accidents et restaurations. Précédemment au catalogue de la vente du 10, une ménagère d'époque art déco en argent modèle Bayonne par le Maître Puiforcat devrait sans nul doute trouver son public d'amateurs à partir d'une estimation annoncée entre 4 000 et 5 000 € ; tandis que plus loin à la lecture, on retient un grand miroir Régence à parcloses en bois redoré et fronton en chapeau de gendarme, miroir du début du XVIIIe siècle attendu entre 2 000 et 3 000 €. Côté mobilier enfin, un très rare fauteuil d'enfant à la Reine, travail lyonnais à rapprocher du mobilier de François Girard (1713-1779) est annoncé pour sa part entre 1 000 et 2 000 €.

Tableaux pour suivre le cycle de ces ventes avec ce 13 mars, un bel ensemble d'œuvres de Félix Ziem (1821-1911) et Jean Couty (1907-1991). Parmi ceux-ci, on retient de Ziem, Scène nocturne à Venise, une huile sur toile pour laquelle on espère 8 000 à 12 000 € ; mais également et de Couty, Maison, 1931, une huile sur panneau estimée 3 000 / 4 000 €. A noter que ces deux œuvres proviennent de la collection Hugues Taÿ dont de nombreuses pièces seront présentées lors de cette vente.

Et pour les amoureux enfin d'or et de belles pierres, à retenir sur son agenda la date du 11 pour une vente bijoux, mode & vintage. Au catalogue et brillant de tous ses feux, on remarque entre autres une bague tank ornée d'un diamant de 2,40 carats pour laquelle il faudra engager 6 000 à 8 000 €.

Hôtel d'Ainay, dimanche 10, lundi 11 et mercredi 13 mars - Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.conanauction.fr

Broderie, peinture et bijoux chez de Baecque & Associés

Au programme des 9, 11 et 12 mars, trois ventes cette fois sous le marteau de Maîtres de Baecque & Associés. Le 9 sera notamment proposé un rare cadre en broderie, travail français de la première moitié du XVIIe siècle qui pourrait provenir des collections d'Antoine-André Neyron, grand « rubanier » et maire de Saint-Etienne de 1809 à 1913. A décor d'angelots, fruits, arbrisseaux et médaillons peints sur marbre, cette broderie exécutée au point de couchure et au point guipé est estimée entre 3 000 et 5 000 €.

Le 11 sur les cimaises, on retient Femmes nues et ruines, 1942, un lavis de Paul Delvaux (1897-1994) qui aurait appartenu à son encadreur et pour lequel on attend 20 000 à 30 000 € ; tandis que le 12, une splendide bague en or jaune et platine centrée d'un saphir pesant 4,06 carats en couleur « Royal Blue » devrait susciter une belle envolée d'enchères à partir de son estimation annoncée entre 80 000 et 100 000 €.

De Baecque & Associés, samedi 9, lundi 11 et mardi 12 mars - Catalogue complet et horaires d'expositions sur www.debaecque.fr

Adjugés !

Osculatoire, antiphonaire, diptyque et autres statues religieuses étaient au catalogue d'une vente exclusivement consacrée aux arts religieux, le 14 février sous le marteau de Maîtres Bérard, Péron, Battin et Rousselot. Frais compris, on retient la superbe enchère à 25 115 € portée sur un osculatoire en argent à décor de trois putti et coquille encadrant une plaque en cristal taillé à décor de la résurrection du Christ. D'époque XIXe, cette pièce d'une belle finesse d'exécution était initialement estimée entre 200 et 350 €.

Idem pour une statue en ivoire sculpté en ronde bosse représentant saint Ignace tenant un livre et la main droite sur le cœur. Datant du XVIIIe, cette statue en ivoire pré-convention, soit antérieure au 1er juin 1947, dépassait largement son estimation annoncée entre 800 et 1 200 € pour être finalement adjugée 3 255 € (frais compris). Et dans la foulée, saluons cette belle enchère pour un antiphonaire du XVIIIe en pleine reliure cuir dont on attendait 80 à 120 € compte tenu des usures et autres accidents, mais pour lequel un amateur a poussé les enchères jusqu'à 1 610 € (frais compris).




Philippe JAYET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer