Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Au cœur du « Pôle Mercière »

Publié le - - Gastronomie / Vins

Au cœur du « Pôle Mercière »
Photo : Michel GODET - De gauche à droite : Charlotte, Laurent et Françoise

Propriétaire de Moss depuis le printemps 2015, Françoise Sibilia-Pupier (à présent ambassadrice du « Pôle Mercière ») reprend deux restaurants de Jean-Paul Lacombe, sous l'enseigne les Halles Mercière et le Bouchon Colette, avec Laurent Bouvier comme chef exécutif des trois établissements de la rue Mercière.

Le Bouchon Colette (référence à Colette Sibilia) est resté dans son décor très boisé imaginé par Jean-Paul Lacombe. Un « véritable authentique bouchon lyonnais de Lyon ! » qui inspire toujours convivialité et gourmandise.

Si les plats ne sont pas tous issus de la lyonnaiserie militante, certains y font appel. Il est vrai que la charcuterie Sibilia (Halles de Lyon) fournit de jolis produits canailles : andouillettes de veau tirées à la ficelle et pommes sautées, saucissons chauds pistachés sauce au vin rouge, os à moelle gros sel ou encore quenelles de brochet à la cuillère, sauce homardine et risotto.

A midi, vous pourrez manger rapidement 3 plats à 17,90 € ou le seul plat du jour à 11 €. D’une grande finesse, à l’instar d’une mousse, la terrine de saumon mayonnaise légèrement citronnée est en livrée de salade d’une grande tendreté printanière.

Vient ensuite la fricassée de volaille fermière (pintade en l’occurrence) aux trompettes. En assiette creuse, le volatile baigne dans une gourmande sauce crémée, fort généreuse (peut-être trop). Les goûts sont présents et la viande bien cuite et bien ferme.

A 26 € (trois plats), le menu du marché offre un choix plus étendu. La langue de bœuf en gelée exhale ses parfums, et l’on subodore que la cuisson s’est faite dans un bien joli bouillon. Même salade de qualité, sauce façon gribiche et le tour est joué. Un vrai bonheur. Vient ensuite une tête de veau aux qualités incomparables. Tendreté, légèreté sont au rendez-vous avec une gribiche qui joue dans la même catégorie… supérieure.

En ce qui concerne la présentation, nous ne pensons pas nécessaire de « saupoudrer » le bord des assiettes. Cela n’apporte rien à ces plats qui se suffisent à eux-mêmes.

Délicate et fondante, la crème brûlée à la vanille Bourbon, que nous avons préférée à la tartelette au chocolat, a clos ces agréables agapes sous la houlette de Charlotte au service, accompagnées d’un crozes-hermitage servi au verre.

Bouchon Colette

62 rue Mercière  -  Lyon 2e

Tél. 04 78 O3 04 44

Terrasse

Fermé le lundi, ouvert 7 j / 7 dès le mois de mai




Michel GODET
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer