AccueilSpectacle vivantAttention, cabaret brut au théâtre de la Renaissance !

Attention, cabaret brut au théâtre de la Renaissance !

Poursuivant sa mission de soutenir les jeunes compagnies qui s'aventurent sur le terrain du théâtre musical, la spécialité maison du théâtre de la Renaissance, celui-ci co-produit la dernière création de L'arbre Canapas, formation de musiques improvisées installée à Bourg en Bresse ???, Je ne suis pas une bête sauvage.
Attention, cabaret brut au théâtre de la Renaissance !
Christophe Charpenel - Je ne suis pas une bête sauvage, mise en scène de Guillaume Bailliart

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Guillaume Bailliart est grand amateur de projets atypiques. Le fondateur du groupe Fantomas n'aime rien tant que s'égarer sur des sentiers non balisés. Pas étonnant à ce compte-là qu'il ait accepté la proposition du collectif musical L'arbre Canapas.

Un spectacle autour et sur Adolf Wölfli, figure majeure de l'art brut qui passa l'essentiel de son existence en asile psychiatrique, ne pouvait qu'exciter sa curiosité. D'autant que l'oeuvre de l'artiste suisse est tellement foisonnante et protéiforme, obsessionnelle et profuse qu'il suffit de s'y plonger pour découvrir un univers absolument singulier.

Créé au théâtre de Bourg-en-Bresse en novembre dernier, le spectacle « procède par strates » explique Guillaume Bailliart. Il s'agit d'entrer dans la matière Wölfli plutôt que raconter son histoire et le comédien, Pierre-Jean Étienne est à la fois Wölfli lui-même et son double fantasmé, le personnage de Saint Adolf inventé par Wölfli qui a écrit son histoire dans une invraisemblable épopée encyclopédique.

Il faut savoir que l'artiste a bâti son univers à partir de trois matières : musicale, picturale et littéraire et que le spectacle tente de suivre cette voie où s'interpénètrent les sons, les images et la voix, où l'on voyage en permanence entre musique, texte et dessin.

Comme des fragments qui permettraient de reconstituer un puzzle personnel à partir de motifs récurrents, des motifs comme des riffs de guitares sur lesquels les musiciens et la chanteuse digressent. Et jamais l'un ne prend le pas sur l'autre, comme dans l'oeuvre de Wölfli où tout se tricote ensemble... Assurément singulier !

G.V.P.

Théâtre de la Renaissance, 23 et 24 janvier, www.theatrelarenaissance.com

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?