Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

ATS se paie le luxe de la croissance

le - - Entreprise de la semaine

ATS se paie le luxe de la croissance
© Erick Saillet - ATS évolue dans un site exceptionnel de 1 000 m2 qui a mobilisé plus de 1,2 MEUR de travaux.

Positionnée sur le design de packaging pour les plus belles marques du luxe internationales, ATS a déployé un concept quasiment unique où la création est au cœur du processus. Conscient du potentiel de son activité, le fondateur de l'entreprise lyonnaise, Olivier Finaz, compte faire passer sa PME à une ETI résolument tournée vers l'export.

La visite donne le ton. Moët et Chandon, Dom Pérignon, Veuve Cliquot, Guerlin, Dior, Sephora, Nuxe, Bioderma… Une multitude d’objets publicitaires et d’accessoires, pour certains en cuir cousus main, animent les vitrines du show room installé au cœur du siège social d’ATS, derrière l’opéra de Lyon. « Nous sommes fournisseurs de l’Anglais Diageo et des Français LVMH et Pernod Ricard, les trois leaders mondiaux en vins et spiritueux », avance en toute simplicité Olivier Finaz, fondateur d’ATS en 1988. Les équipes de designers d’ATS imaginent les objets les plus insolites, du portefeuille en cuir au coffret de montre en marqueterie en passant par la coque d’un jéroboam de champagne, équipée de led pour briller en boite de nuit, ensuite fabriqués par un réseau de sous-traitants.


A ses débuts, ATS concevait des objets publicitaires pour la promotion des ventes. Des gadgets pour enfants dans les box des fast food aux goodies pour la Marine nationale, la palette était large. « Petit à petit, le packaging et les accessoires sont devenus des éléments incontournables de la promotion, analyse Olivier Finaz. Nous nous sommes alors positionnés sur le packaging secondaire où la création et le design font toute la différence. » Une troisième activité, la création de publicité sur le lieu de vente (PLV), complète une gamme de service pour booster les ventes des grandes marques de luxe.


Sur les 28 M€ de chiffre d’affaires réalisés en 2015, 60 % (deux tiers pour le secteur vins et spiritueux, un tiers pour les parfums, cosmétique et l’horlogerie très haut de gamme) proviennent du design d’accessoires dans le luxe, 40 % des objets promotionnels. « Notre potentiel de développement se trouve dans le luxe, autrement dit nos clients, affirme Olivier Finaz, associé à Thierry Desgaultière. Nous avons la capacité de franchir la barre des 50 M€ de chiffre d’affaires dans les trois ans. »


Pour devenir une ETI, il s’est lancé dans le programme Accélérateur PME de BPIFrance. « Il est toujours bon de se remettre en question, affirme le dirigeant dont l’entreprise n’a grandi que grâce à la croissance organique. Aujourd’hui, nous souhaitons accélérer sur l’international. Tirés par nos clients, nous devons nous organiser pour développer les affaires en nous appuyant sur notre bureau de Shanghai de 15 personnes et celui de Budapest de 3 personnes. Nous regardons aussi pour créer des entités à Singapour et aux Etats-Unis. Nous réfléchissons aussi sur une possible levée de fonds. Enfin, la croissance externe pourrait accélérer notre dévelooppement sur des métiers qui amélioreraient notre offre. » Le champ des possibles est ouvert pour ATS.

Un show room dans une ancienne chapelle

Mi-2014, l’équipe lyonnaise de 50 personnes emménage dans un bâtiment atypique, à côté de l’opéra de Lyon. « Cet ancien couvent qui a ensuite hébergé un soyeux était dans un état déplorable, se souvient Olivier Finaz. Un ami architecte m’a convaincu du potentiel du lieu. » La rénovation a permis de mettre en valeur des pierres de taille, une cave voûtée qui abrite le show room pour accueillir des clients lors de séances de travail pour la création des objets promotionnels, une ancienne chapelle transformée en bureaux et une verrière qui renforce la luminosité du lieu. ATS évolue dans un site exceptionnel de 1 000 m2 qui a mobilisé plus de 1,2 M€ de travaux.

« Nos clients prestigieux se retrouvent complètement dans cet environnement, souligne Olivier Finaz. A Paris, ils ont peu de temps à nous consacrer. Ici, ils bénéficient d’un confort de travail unique. Ils échangent directement avec nos designers, avec les graphistes. Ils s’approprient les matières et voient l’atelier de fabrication qui propose des prototypes ou des petites séries. Chaque semaine, les équipes commerciales doivent inviter un client. Nous recevons beaucoup de monde. »


Devant le succès de son outil, Olivier Finaz envisage de dupliquer le modèle à Paris. « A la fin de l’année, confie le dirigeant, nous ouvrirons un atelier de luxe à Saint-Ouen. L’interactivité entre les designers et les équipes commerciales est une vraie valeur ajoutée et symbolise ce que nous vendons : un label haut de gamme made in France. »




Stéphanie POLETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer