Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Arnaud Pellegrini PDG de Poralu/Kapeci (groupe Metalpe) "Poralu devient Kapeci pour un nouvel élan"

le - - Grand témoin

Arnaud Pellegrini PDG de Poralu/Kapeci (groupe Metalpe)  "Poralu devient Kapeci pour un nouvel élan"
JT - Arnaud Pellegrini a repris l'entreprise avec sa soeur Sylvie Husson-Pellegrini

A l'occasion de son 50e anniversaire, Poralu (18 M€ de CA, groupe METALPE, 85 collaborateurs, basé à Port dans l'Ain) écrit une nouvelle page de son histoire. L'entreprise de charpente métallique, menuiserie aluminium et métallerie s'habille d'un nouveau nom : Kapeci. Une petite révolution pour la Pme née en 1968, qui d'une fabrique artisanale s'est transformée en une référence régionale et nationale dans des métiers à haute valeur ajoutée. Aux manettes, Arnaud Pellegrini, (PDG) fils de Bruno le co-fondateur de Poralu, qui, aux côtés de sa soeur Sylvie Husson-Pellegrini (DG) insuffle une dynamique nouvelle de management et de développement. Un nouvel élan donc, donné à cette entreprise familiale dont les valeurs fondées sur la rigueur, l'expertise et l'innovation lui permettent d'appréhender sereinement l'avenir, même sous une nouvelle bannière.

Que représente aujourd'hui Poralu/ Kapeci ?

Poralu est l'entreprise d'origine, qui a fondé le groupe METALPE en 2004. Créée en mai 68 par deux associés, Léon Carminati et Bruno Pellegrini. Poralu s'est toujours diversifié même si le métier de base reste la ferronnerie. L'activité s'est développée au début des années 70 dans la menuiserie aluminium, la métallerie et la charpente métallique. Ensuite, nous avons diversifié nos activités à partir de 1986 à travers la fabrication de pontons et la menuiserie PVC. Depuis 2004, Poralu s'est séparé de Poralu Marine pour donner naissance au groupe Métalpe en gardant nos trois métiers historiques : charpente métallique, menuiserie aluminium et métallerie. Poralu affiche 18 M€ de CA en 2018 : 9 M€ pour la charpente métallique, 7,5 M€ pour la menuiserie aluminium et 1,5 M€ pour la partie métallerie. Au total, nous employons 85 personnes. Au total, le groupe possède 6 sociétés liées au bâtiment et à la métallurgie (par croissance interne et externe) pour un chiffre d'affaire global de 33 M€ et 150 personnes.

L'évolution de l'entreprise a-telle été progressive ou marqué par certaines ruptures dans le management et/ou les process de fabrication ?

Nous avons commencé artisanalement, et Poralu s'est développée en améliorant régulièrement son outil de production. Le passage clé, c'est 2004 quand Bruno Pellegrini a transmis l'entreprise à ses enfants, en l'occurrence à ma soeur Sylvie Husson-Pellegrini et à moi-même. Bien que nous représentons une nouvelle génération avec un style différent de management, nous avons gardé nos valeurs fondatrices : évoluer à travers l'outil de production - nous avons récemment investis dans une ligne automatique de production de charpente à 650 000 € - et maintenir et développer l'esprit familial. En cela nous travaillons au plus près de nos collaborateurs dans le développement de l'entreprise.

Cette transmission était-elle naturelle ?

L'envie de reprendre l'entreprise avec ma soeur était logique, nous avons travaillé jeunes dans l'entreprise, pendant l'été d'abord puis comme salariés ensuite. C'est comme ça que nous avons découvert le métier. La question s'est posée concrètement sur la transmission. Pour nous, c'était une évidence. A cette période, Poralu était reconnu en région, performait au niveau de ses équipes et de sa production… Il s'agissait pour nous d'une opportunité et d'un vrai challenge.

Siège de Huet Location à La Frette

La recette du succès ?

Nous avons acquis l'expérience et l'expertise dans nos métiers de la construction métallique, de la menuiserie et façade aluminium. C'est un vrai atout. Nous avons pu également évoluer et coller au marché en étant réactifs car à l'écoute de nos clients. Nous évoluons dans une société qui bouge très vite et je pense que la force première d'une entreprise est sa réactivité. A travers la performance de nouveaux outils mais aussi grâce à la compétence de ses collaborateurs. Les entreprises que nous avons reprises sont dirigées par des personnes issues de l'expérience Poralu, je pense à Philippe François, directeur d'Atec Etanchéité.

Dans quel contexte concurrentiel évoluez-vous et êtes-vous confronté aux enjeux de propriété intellectuelle ?

La crise de 2008 a développé la concurrence avec des entreprises nationales qui se sont implantées en région. Aujourd'hui notre force, je le répète, c'est d'accompagner nos clients. Nous jouons la carte régionale. Trois éléments fondent cette confiance acquise auprès de nos clients : les prix, les délais, être à l'écoute pour apporter des solutions techniques. Nous ne sommes pas là seulement pour présenter un prix mais nous proposons un projet global.

Quels sont vos leviers de croissance ?

Nous sommes très bien positionnés en Auvergne-Rhône- Alpes, auprès des grands comptes ou des industriels en direct. L'Île-de-France et la région PACA représentent aussi des régions de développement avec des opérations qui restent ponctuelles. Sur le volet international, nous avons pu développer des programmes en Afrique. Depuis 2014, nous avons développé sensiblement le marché suisse, à la fois proche et à haute valeur ajoutée et qui correspond parfaitement à notre cahier des charges. Le champ de l'international n'est pas notre priorité. Nous privilégions avant tout des opérations différenciantes à haute valeur ajoutée. Par exemple ? Le métier de la menuiserie aluminium ne s'opère sur des logements mais plutôt sur des programmes complexes qui intègrent les notions d'acoustique et de thermique sur des façades design, avec la tôle perforée par exemple.

Qui sont précisément vos clients ?

Les grands acteurs de la construction comme Vinci, Bouygues et plus localement EM2C. Nos clients directs sont principalement des industriels. Il arrive que nous travaillions avec certaines collectivités par ailleurs à travers des programmes de lycées ou d'Ehpad.

Les bâtiments pré-ingénierés ont le vent en poupe, Poralu/ Kapeci a-t-elle pris l'aspiration ?

Au sein de Poralu, nous sommes en mesure de répondre à notre client de A à Z : du service commercial, études de prix, bureau d'études. Nous avons la capacité en interne de calculer et de pré-dimensionner nos menuiseries et charpentes. Nos outils et halls de production sont distincts les uns des autres selon nos métiers et nous possédons nos propres installateurs. Nous pouvons proposer à nos clients des prestations complètes de bâtiments clos couverts avec un seul interlocuteur. Quels peuvent être les points de frictions dans la chaîne de production ? Il faut être très réactif car les affaires se déroulent très rapidement avec des délais courts. C'est pourquoi nous nous orientons sur des outils automatiques qui nous permettent de fonctionner en dehors de nos horaires classiques de fabrication et à la fois nous programmons au plus juste le montage des équipes en soudure et en production.

Des manques pour certains postes ?

Nous manquons de soudeurs, il n'en existe presque plus, de dessinateurs en bureau d'études sur les métiers de la charpente et de la menuiserie métallique et des chargés d'affaires. Nos métiers impliquent d'avoir des personnes qualifiées tout au long de la chaine de production. Nos projets demandent une très forte proximité et nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas avoir des personnes qualifiées. Pour pallier ces problèmes, nous travaillons beaucoup sur la formation en interne sur nos trois métiers pour donner de la polyvalence. L'apprentissage est notre deuxième axe de recrutement, sur des niveaux de BTS et ingénieurs.

Quels sont aujourd'hui vos leviers de croissance ?

L'idée de développer tous nos métiers ! Dans le détail, Atec Etancheité (couverture bardage) possède les atouts pour se développer autour d'un produit devenu très technique, l'habillage de façade. Par ailleurs, Feugier environnement, spécialisée dans la fabrication de crics et de barrières anti-inondation et tournée vers l'international. Ce sont des métiers de niche.

Pourquoi changer de nom pour Poralu ?

Il s'agit de donner un nouvel élan à l'entreprise, avec une nouvelle génération de dirigeants, un style de management nouveau qui doit correspondre aussi aux valeurs que possèdent nos collaborateurs, d'engagement et de performance. Poralu devient officiellement Kapeci à partir du 26 septembre.

Comment est né le nom Kapeci justement ?

Le nom a été déterminé selon les valeurs propres de l'entreprise, à l'issue d'une formation de cohésion faite avec le personnel. Chaque lettre représente une valeur que le personnel avait voulu donner à la société. Le K symbolise la jeunesse et l'ouverture, le A pour l'anticipation, le P pour la performance, le E pour l'équipe, le C pour confiance et I pour l'innovation. C'est le fruit d'un travail collégial. L'envie de changer de nom est venu pendant la préparation des 50 ans. C'est un vrai challenge car Poralu possède une notoriété depuis 50 ans. L'idée est de donner une nouvelle image et par rapport aux nouveaux marchés qui apparaissent. Poralu a toujours su s'adapter aux évolutions de son marché. Ce changement de nom en fait partie. Le nom du groupe Métalpe ne change pas en revanche.

Quelle forme prend l'innovation chez Poralu/Kapeci ?

Elle se situe dans la production avec de nouvelles machines. Et puis aussi via le bureau d'études pour apporter de nouvelles solutions. Actuellement chaque projet possède son prototype. Côté matériaux, nous avons un vrai travail avec nos partenaires. Pour la menuiserie aluminium, nous travaillons avec un gammiste allemand qui s'appelle Schuco.

Quid de l'usine digitale pour Poralu ?

Nous travaillons depuis longtemps avec l'outil digital autant en production avec nos machines automatiques qu'au niveau de la dématérialisation, je pense aux réponses aux appels d'offres notamment. Nous l'avons intégré simplement sans réelle rupture technologique. Côté charpente métallique, nous sommes en cours de certification pour la norme 10 090-3 (Exc3) qui est obligatoire pour tous les charpentiers métalliques. Ce qui nous permettra de réponde à certains dossiers plus complexes et à haute valeur ajoutée. Le cahier des charges est très strict, orienté essentiellement sur la traçabilité de l'entreprise, du service commercial jusqu'à la pose : matériaux, plans, études, normes soudure...

SES DATES CLÉS

2018

La société fête ses 50 ans et change de nom : Poralu devient Kapeci

2017

Agrandissement de l'atelier aluminium et intégration d'une nouvelle ligne de production aluminium

2004

Transmission de la société à la nouvelle génération

1980

Développement de la menuiserie aluminium

1968

Création de la société spécialisée dans la métallerie et la construction métallique




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer