AccueilActualitéPourquoi Laurent de la Clergerie a accepté le naming de l'Arena d'OL Groupe

Pourquoi Laurent de la Clergerie a accepté le naming de l'Arena d'OL Groupe

L’image et la notoriété du groupe informatique porté par Laurent de la Clergerie vont gagner en visibilité par l’opération de naming conclue la semaine dernière avec OL Groupe pour sa future salle évènementielle à Décines.
Pourquoi Laurent de la Clergerie a accepté le naming de l'Arena d'OL Groupe
© LDLC - Le naming avec LDCL porte sur 8 ans

Actualité Publié le ,

LDLC a officialisé l'opération de naming de l'Arena d'OL Groupe à Décines, qui s'appellera donc LDLC Arena. C’est presque un paradoxe lorsqu’on connaît la personnalité discrète du président-fondateur de LDLC (750 M€ de CA sur l’exercice 2021-2022 et un excédent brut d'exploitation proche de 70 M€).

Le groupe informatique lyonnais s’est ainsi entendu avec OL Groupe dans le cadre du naming de la future Arena du groupe présidé par Jean-Michel Aulas (sur une durée de 8 ans, ndlr), et qui va forcément booster l’image de LDLC au-delà des deux naming engagés avec le club de basket de l’Asvel depuis 2018 (Equipes pro féminine et masculine, ndlr).

La future LDLC Arena pourra accueillir jusqu'à 16 000 spectateurs

"Nous n’avions pas prévu une telle opération, mais lorsque l’OL est venu nous présenter ce projet de naming, j’ai trouvé que la démarche avait du sens, par rapport à ce que LDLC prône en termes de développement responsable et de technologie liés au monde du sport et du spectacle", explique Laurent de la Clergerie.

L’entrepreneur précise aussi qu’il s’est assuré "qu’on voit bien le nom LDLC depuis l’autoroute !". A l’image de Groupama qui orne l’une des faces du stade de l’OL voisin. "A la différence quand même que le montant du naming de l’Arena (non communiqué, ndlr) est bien moindre que celui du stade".

Mesurer les retombées financières d’une telle opération ? "Difficile de répondre, mais il est certain que l’impact sera supérieur aux naming de l’Asvel en termes publicitaires notamment", complète Laurent de la Clergerie.

Les 12 000 à 16 000 personnes, selon la configuration retenue (Concerts/spectacles/sports) qui fréquenteront régulièrement la future LDLC Arena (fin des travaux prévue en 2023), donnent forcément du poids à cette alliance « nom/infrastructure » qui scelle les relations déjà existantes à travers le e-sport et la team LDLC OL et donc le basket avec l’Asvel. "Nous apporterons d’ailleurs notre expertise de la discipline au sein de la l’Arena", poursuit le dirigeant.

Jean-Michel Aulas : "Nous allons construire la nouvelle salle de référence en Europe"

Pour Jean-Michel Aulas, président d’OL Groupe : "Avec la LDLC Arena, nous allons construire la nouvelle salle de référence en Europe. Pour cela, il nous fallait l’expertise et l’exemplarité du Groupe LDLC, dont la formidable histoire entrepreneuriale est une inspiration pour nous tous.

À travers cet accord de naming, deux institutions majeures du territoire s’allient pour offrir une salle qui conciliera aussi bien les exigences en termes de sport et spectacle que celles sur les volets de l’emploi, de l’environnement et de l’insertion".

Le trio Parker-Aulas-De la Clergerie engage le projet OL Valley avec force au sein de la région Auvergne-Rhône-Alpes, mais a vocation à faire rayonner le site à l’échelon européen.


Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?