Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Du biogaz dans le réseau de la métropole de Lyon

le - - Collectivités

Du biogaz dans le réseau de la métropole de Lyon
Séverine Renard - David Kimelfeld a procédé à la première injection de biogaz dans le réseau de gaz de la métropole.

Les boues de la station d'épuration de la Feyssine permettent de produire un gaz vert désormais injecté directement dans le réseau de distribution de GRDF. Bienvenue à Aqualyon.

En service depuis mars 2011, la station d'épuration de la Feyssine traite chaque jour 91 000 m3 d'eaux usées, soit l'équivalent de 35 piscines olympiques. Cet équipement, exploité par une filiale de Suez, est aussi producteur de biogaz. La production d'Aqualyon s'élève à 6,2 GWh/an, c'est-à-dire la consommation annuelle de 520 logements chauffés au gaz ou de 28 bus urbains roulant au GNV.

Issu des boues d'épuration acheminées jusqu'à un digesteur pour activer le processus de méthanisation, ce gaz « vert » était jusqu'à présent utilisé pour les besoins propres de la station. Mais faute de stockage suffisant, une partie de la production n'était pas valorisée. Désormais, le biogaz sera injecté sur le réseau de distribution après avoir traversé plusieurs étapes. Le gaz est d'abord séché et épuré grâce à des filtres à charbon actif qui vont réduire le taux de soufre avant de passer par la filtration membranaire pour séparer le méthane et le biogaz. Enfin, le THT va odoriser le gaz pour le rendre détectable.

« Ce projet est un bon exemple d'économie circulaire avec une utilisation intelligente de la ressource. Cette installation fait partie des premières de France », s'est félicité Marie-Ange Debon. La directrice générale France Suez a salué les entreprises Maïa Sonnier et Provedal qui ont pris part au chantier. Cet équipement a nécessité un investissement de 2,3 M€, dont 1,85 M€ pour les travaux. Pour le concrétiser, la Métropole de Lyon a reçu le soutien de l'Agence de l'Eau Rhône Méditerranée Corse à hauteur de 1,3 M€ et de l'Ademe à hauteur de 40 000 €.

Pour David Kimelfeld, cette opération s'inscrit plus largement dans toutes les actions menées pour réduire les émissions de CO2, baisser la consommation énergétique et produire de l'énergie renouvelable. « Nous étudions d'autres projets de production de biogaz », a-t-il confié.

Des projets à Saint-Fons et Pierre-Bénite

Le projet réalisé sur le site de La Feyssine pourrait bien être dupliqué dans les années à venir. Des études de faisabilité sont en cours pour la production de biogaz grâce aux stations de traitement des eaux usées de Saint-Fons et de Pierre-Bénite. « Nous pourrions multiplier par 20 la production de biogaz », souligne David Kimelfeld. Les trois stations d'épuration permettraient, en effet, de produire localement 127 GWh/an. De quoi alimenter 630 bennes à ordures ménagères ou 630 bus urbains roulant au Gaz Naturel pour Véhicules. La filière de la méthanisation est aujourd'hui la filière de production de gaz renouvelable la plus mature pour le développement de projets à court terme.




Severine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer