AccueilEconomieEntreprise de la semaineAprès Merial Boehringer Ingelheim se fait un nom à Lyon

Après Merial Boehringer Ingelheim se fait un nom à Lyon

Après Merial Boehringer Ingelheim se fait un nom à Lyon

EconomieEntreprise de la semaine Publié le ,

Outre-Rhin, Boeheringer a pignon sur rue en matière de médicaments et de vaccins, tant l'entreprise familiale, originaire de Ingelheim près de Francfort a su développer une activité historique et devenue mondiale dans le secteur de l'industrie pharmaceutique.

Employant 45 000 salariés à travers 143 filiales dans le monde, l'entreprise a fait le pari-gagnant- de se rendre également indispensable en France, précisément à Lyon après avoir finalisé le processus d'acquisition de Mérial il y a 9 mois.

Bien que le nom Merial, a partir du 1er janvier 2018 aura totalement disparu en tant que marque, les dirigeants allemands confirment que ce nouveau siège pour sa filière « Santé animale » est un maillon essentiel dans la chaîne de valeur du groupe.

En France, Boehringer regroupe deux activités : santé humaine (500 collaborateurs), et animale (2300 collaborateurs) soit 860 M€ de chiffre d'affaires dont 80% réalisé à l'export. Des résultats qui en font le leader dans l'hexagone, son deuxième plus gros marché mondial.

En région lyonnaise, Boehringer est présent sur 5 sites (Lentilly, Saint-Priest, Lyon Gerland, Saint-Vulbas et donc le siège avenue Tony Garnier ; 1500 salariés au total).

Consacrant pas moins de 20% de son activé dans la recherche et développement, Boehringer Ingelheim poursuit sa quête de création de valeur par l'innovation dans un marché aux enjeux sociétaux et planétaires forts avec l'amélioration de la santé et du bien être des animaux de compagnie ou le maintien d'espèces menacées d'extinction pour garantir certains écosystèmes naturels.

Pour Erick Lelouche, président de Boehringer France « il était logique que les collaborateurs intègrent un nouveau site, différent de celui de Sanofi » (NDLR : à qui appartenait Merial jusque fin 2016) pour des raisons évidentes de concurrence. Un nouveau bâtiment, réalisé par Altarea Cogedim, de surcroît situé dans un quartier historique puisque Merial y avait débuté son activité 20 ans auparavant.

Ce clin d'œil évoqué, ce nouveau site constitue un centre névralgique de premier ordre où sont concentrés sur un même territoire les activités industrielles, tertiaires et R&D dans le secteur de la santé animale. Le Biodistrict de Lyon se renforce plus que jamais dans l'expertise mondiale des sciences du vivant qu'il développe.

Erick Lelouche, président Boehringer France : « Lyon est un centre opérationnel de premier ordre »

Eric Lelouche

Vous confirmez que la marque Merial va disparaître, qu'en est-il des effectifs suite au rachat ?

L'ensemble des salariés a été maintenu, ce que nous avions acté très tôt lors du processus de rachat et j'annonce même que 135 nouveaux collaborateurs vont venir renforcer notre équipe lyonnaise.

Lyon occupe donc une place stratégique ?

Tout à fait, ce fut un centre opérationnel clé pour Mérial et Sanofi, il le restera pour Boehringer Ingelheim. Ce nouveau site, très fonctionnel, constitue une base solide de développement de notre filiale santé animale notamment en matière de R&D.

On parle d'un groupe familial mais tout de même mondialisé ?

Depuis sa fondation par la famille Boehringer en 1885, le groupe a toujours développé une vision à long terme. Le fait d'être une société non coté renforce de plus notre indépendance. Notre ambition est de nous faire un nom en France.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?