AccueilEconomieAprès leurs Etats généraux à Lyon, les indépendants du secteur de la culture veulent être entendus

Après leurs Etats généraux à Lyon, les indépendants du secteur de la culture veulent être entendus

Le fondateur de l'association Arty Farty milite pour une vision culturelle qui intègre le dynamisme des structures indépendantes. Vincent Carry a lancé à Lyon leurs Etats généraux, tenus les 6 et 7 octobre.
Après leurs Etats généraux à Lyon, les indépendants du secteur de la culture veulent être entendus
© Brice Robert - Vincent Carry, président d'Arty Farty

Economie Publié le ,

Pourquoi ces Etats Généraux tenus il y a quelques jours à Lyon pour les indépendants du monde de la culture ?

"L'Appel des indépendants est parti de Lyon. Le mouvement a été spontané, parce qu'il y avait un enjeu vital à alerter sur la fragilité des structures culturelles et médias indépendants. Pendant deux jours à Lyon, nous avons réuni près de 340 structures indépendantes qui travaillent en atelier pour définir des pistes de réflexions. Celles-ci aboutiront à la rédaction d'un livre blanc sous la forme d'un manifeste politique avec l'idée d'interpeller les parlementaires dans le cadre du projet de loi de Finances 2021.

Nous ne sommes pas dans un combat sectoriel mais il y a des enjeux d'urgence absolue, des combats à mener pour maintenir une diversité culturelle et pas une culture à deux vitesses."

"1 600 structures culturelles et médias engagés à nos côtés"

Combien de structures indépendantes vous suivent ?

"1 600 structures culturelles et médias indépendants sont engagés à nos côtés. Nous avons retenu les structures qui bénéficient de moins de 20 % de subventions publiques et qui n'appartiennent pas à de grands groupes. Seuls trois dossiers sur 1 600 ont fait l'objet d'un débat dans notre sélection. Mais l'indépendance, ce n'est pas juste statutaire, cela participe d'une vision.

Nous mobilisons dans tous les secteurs de la création et des médias (musiques, livre, arts visuels, numérique, arts de la scène, cinéma, magazines, radios, web, podcasts, photographie, graphisme, design...). L'ensemble de ces structures représente de nombreux emplois, directs et indirects, en prise avec l'économie réelle, les intermittents et les prestataires."

Comment jugez-vous le dialogue avec les puissances publiques locales ?

"Une nouvelle majorité émerge avec l'envie manifeste d'instaurer un dialogue avec les indépendants. A Lyon, il y a une prise de considération sur certains sujets. Depuis près de 50 ans, les politiques publiques pour la culture ont été conservatrices dans les territoire et au niveau de l'Etat. Nous resterons attentifs à ce que les fléchages financiers consentis récemment puissent profiter au plus grand nombre."

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?